Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Les salaires progressent de 1,9%

    18 July 2013

    Au cours du premier trimestre 2013, l'évolution du salaire de base atteint 1,9% sur un an.

    Augmentations individuelles

    En 2013, l'individualisation de la rémunération salariale s'accélère et s'accentue; 90 % des entreprises privilégient les augmentations individuelles surtout pour les cadres. Les augmentations générales ne concernent qu'une entreprise sur deux. Enfin, moins de 5% gèleraient les salaires.

    Baisse des salaires d'embauche

    Des d'études, telle l'enquête de la Conférence des grandes écoles, montre que les salaires proposés à l'embauche, en particulier pour les jeunes diplômés, réagissent plus fortement aux conditions du marché du travail que les salaires des personnels déjà en place. Toutefois, même si les salaires sont plus sensibles au cycle économique, le degré de flexibilité demeure modéré. Les entreprises souhaitent maintenir une équité salariale en privilégiant l'augmentation individuelle aux plus récents.

    Négociations sur les aspects non salariaux

    Dans une publication datée d'avril 2013, le Conseil d'analyse économique (CAE) estime que le niveau d'insatisfaction des salariés deviendrait un obstacle à la mise en oeuvre d'une modération salariale. Comme alternative aux augmentations salariales, les DRH seraient conduits à favoriser la satisfaction au travail hors salaire et à agir sur des aspects non salariaux.

    SMIC : 9,43 euros/heure en 2013

    Le salaire minimum applicable depuis janvier 2013 s'établit à 9,43 euros par heure,
    soit 1 430,25 euros par mois, 1 098 euros net. L'augmentation pour l'année 2012 s'élève à 2,3% (1,3% d'inflation). 11 % des salariés sont rémunérés au SMIC dans les entreprises. Depuis la dernière revalorisation, les prix ont augmenté de 0,8%.

    Fonction publique : reconduction du gel du point d'indice

    Dans le cadre de la préparation du budget 2014, le gouvernement a confirmé la reconduction du gel du point d'indice. Depuis le 1er juillet 2010, sa valeur est fixée à 4,63 euros par mois. Cette décision est justifiée par le contexte de crise économique dans lequel se situe la France, et notamment au regard du déficit public. En réaction, les syndicats menacent de faire grève à la rentrée 2013 pour défendre les intérêts des fonctionnaires.