Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    L'inflation au plus bas

    18 novembre 2013

    En octobre 2013, l'économie française enregistre son plus bas niveau d'inflation depuis novembre 2009 avec un taux d'inflation à 0,6 % sur un an. L'indice INSEE des prix à la consommation diminue de 0,1 % sur le mois, après une baisse de 0,2 % en septembre. Le facteur essentiel du repli est le prix des carburants en recul de 2,9% sur le mois ; -4,1% sur un an.

    Chute du prix des carburants

    Répercutant le recul des cours mondiaux du pétrole en septembre et octobre, le prix des carburants et autres hydrocarbures se replie de 2,9% sur le mois. Le prix du fioul domestique baisse de 3% sur le mois (-6,2% sur un an). A la pompe, le gazole coutait en moyenne 1,34 euro/litre contre 1,40 euro/l un an auparavant.

    Léger repli des prix de l'alimentation

    L'indice des prix de l'alimentation fléchit de -0,1% sur le mois (+0,2% sur un an) contre -0,5% en septembre. Cette quasi stabilité résulte de hausse de prix sur les fruits (+6,3% sur le mois) mais aussi de baisse sur les légumes (-6,1%), la poissonnerie, les boissons et la pâtisserie industrielle.

    Hausse de prix sur les services

    De manière saisonnière, le prix relatif au chauffage urbain progresse fortement avec l'entrée en vigueur du tarif " hiver ". D'autres hausses de prix sont observées dans le transport aérien, les services de santé et de télécommunications.

    +0,7% d'inflation en Europe

    Comme en France, l'inflation de la zone euro ralentit en octobre 2013 avec un taux de +0,7% sur un an. La hausse des prix à la consommation atteignait 1,6% en juin et juillet derniers. Les baisses de prix sur les carburants, les télécommunications ainsi que les services médicaux et paramédicaux ont eu les plus forts impacts sur l'inflation.

    L'inflation , en dessous de 1% en fin d'année

    Au cours des 10 premiers mois de l'année, la hausse cumulée des prix s'établit à 0,4%. Les dernières prévisions des banques tablaient sur une inflation annuelle entre 1,0 et 1,2% en décembre 2013. Atteindre un tel niveau parait désormais difficile compte tenu du manque de tensions sur le marché pétrolier, unique facteur de hausse brutale des prix. L'année prochaine, en raison d'un certain rebond de l'activité économique, la hausse annuelle des prix reprendrait un rythme approchant 1,5%.