Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    L'intelligence artificielle : une vraie révolution ou un phénomène de mode

    26 avril 2019

    Depuis quelques années, l'intelligence artificielle fait l'objet d'une médiatisation qui pourrait amener à s'interroger sur la pertinence du sujet. Pourquoi tant parler d'une thématique si ce n'est pour la rendre incontournable ? Un peu comme une mode que beaucoup trouveront curieuse mais qui, à force d'être portée par des célébrités, devient une référence, le " must " qu'il faut avoir. Ou bien l'IA, si vous voulez avoir l'air de connaître le sujet, est-elle vraiment une révolution que nous voyons se profiler et qui va impacter nos vies et notre travail au quotidien ?

    Un marché particulièrement porteur et en devenir

    Si l'on se reporte à l'étude publiée en mars 2018 par le cabinet TCS en partenariat avec IDC, il y aurait déjà 52 % des entreprises françaises qui utilisent des solutions IA ou en ont le projet à court ou moyen terme. Et parmi celles-ci, 37% y consacreraient un budget supérieur à un million d'euros et 71% prévoiraient d'augmenter leur investissement. Même si ces chiffres semblent très optimistes, les très nombreuses levées de fonds, Serena Capital en a dénombré 585 en 2017 en Europe, dans tous les secteurs (finance, santé, nouveaux médicaments, agriculture, environnement…) et pour un montant total de plus de 2,5 milliards d'euros, laissent tout de même supposer l'importance de ce marché.

    Le rapport Villani montre une vraie opportunité pour la France

    Le rapport sur l'intelligence artificielle, rédigé par Cédric Villani et publié en mars 2018, présente, après une analyse des avantages compétitifs de la France, plusieurs pistes pour que la France dispose d'une place prépondérante sur le secteur de l'IA.

    Sur les bases de ce rapport, à l'occasion de la conférence " AI pour l'humanité " au Collège de France, le Président de la République a présenté les ambitions et la stratégie de la France en matière d'intelligence artificielle. Il a notamment confirmé la création de pôles de compétitivité en IA. Douze dossiers avaient été déposés et quatre ont été retenus pour devenir les instituts interdisciplinaires de l'intelligence artificielle (3IA), à savoir Grenoble (projet " MIAI@Grenoble-Alpes "), Nice (projet " 3IA Côte d'Azur "), Paris (projet " Prairie ") et Toulouse (projet " Aniti "). Ils bénéficieront d'une enveloppe globale de 100 millions d'euros pour développer l'IA et ses interactions avec d'autres disciplines. Tous travailleront au développement d'applications de l'IA à la santé. Trois d'entre eux travailleront également sur des problématiques liées à l'environnement (Grenoble, Paris et Toulouse). Paris et Toulouse travailleront également sur les transports alors que Nice et Grenoble travailleront respectivement sur les applications liées au développement des territoires et à l'énergie.

    Plus récemment, le rapport " Intelligence artificielle : État de l'art et perspectives pour la France ", publié en février 2019, propose un classement et une analyse des 14 secteurs économiques français potentiellement les plus impactés par l'IA. L'étude montre les domaines privilégiés d'applications de l'IA en France ainsi que leurs prérequis techniques. L'IA apparaît indéniablement comme une opportunité pour la France.

    Un écosystème dense et structuré autour de l'IA

    L'association " France is AI " est une initiative nationale avec pour mission de soutenir et de promouvoir l'écosystème aux niveaux national et mondial. Sur son site, elle recense notamment 80 PME et plus de 350 startups de l'IA, les principaux laboratoires de recherche publics (universités, CNRS…) et privés en France, ainsi qu'une sélection d'écoles proposant des cursus spécialisés en IA, deep learning ou machine learning.

    Pour sa part, " Hub France IA " est une association qui a pour vocation de dynamiser l'écosystème IA en France. Elle met en place des ressources d'animation de la communauté de l'IA ; facilite les coopérations et les transactions commerciales entre ses membres (market place) ; développe des actions de sensibilisation, de réflexion prospective ; et des services de formation, d'aide au recrutement et d'appui juridique pour ses membres. Ces derniers sont des grandes entreprises et des startups, ainsi que de nombreux chercheurs en IA.

    Les grandes entreprises mondiales et l'IA à la française

    En décembre 2018, Kai-Fu Lee, un des chercheurs de pointe en intelligence artificielle dans les années 90, qui a ensuite travaillé pour Apple, Microsoft et Google avant de fonder un fonds d'investissement, expliquait que l'Europe ne pouvait rivaliser avec la Chine et les Etats-Unis dans l'IA. Et pourtant, plusieurs exemples emblématiques semblent montrer que la France attire les multinationales américaines.

    En février 2019, IBM annonçait à San Francisco que le projet " IBM Business Automation Intelligence with Watson " sera piloté depuis la France. Cette plateforme ouverte permettra aux entreprises d'améliorer leur performance en intégrant l'intelligence artificielle dans leurs processus opérationnels quotidiens.

    Le même mois, Microsoft annonçait l'ouverture d'un centre dédié à l'intelligence artificielle, sur son campus basé à Issy-les-Moulineaux. Ce " centre mondial de développement lié à l'IA " sera intégré au sein du " Microsoft Engineering Center ".

    En janvier 2018, Google annonçait l'ouverture d'un centre de recherche fondamentale dédiée à l'intelligence artificielle à Paris. Le communiqué précisait que ce centre " travaillera sur des domaines tels que la santé, l'Art ou encore de l'environnement ".

    Mais le premier à avoir investi sur les compétences des chercheurs français est probablement Facebook, en annonçant, dès 2015, l'ouverture à Paris de " Facebook AI Research ", son centre de recherche européen consacré à l'IA.

    Cette lettre est réalisée par : Denis Kientz, Pierre-louis Passalacqua

    Les articles des experts SVP sur le même thème :