Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Loi " Avenir professionnel " : le marché de la formation professionnelle impacté

    04 mars 2019

    La Fédération de Formation Professionnelle (FFP) a publié, en novembre 2018, sa dernière enquête annuelle, analysant le secteur de la formation professionnelle en France. Cette étude a été réalisée auprès de l'ensemble de ses adhérents, qui représente à eux seuls le tiers du marché. Les prestataires de formation, interrogés notamment sur l'impact de la loi " Avenir professionnel ", ont pu faire part de leurs inquiétudes mais aussi de leurs attentes face à la réforme en cours.

    Vers une offre de plus en plus digitalisée

    Selon l'Observatoire économique de la FFP, le marché a connu en 2017 une légère croissance. Ainsi, le produit de l'activité de formation moyen par adhérent a atteint 3,150 M€ (contre 3,102 M€ en 2016).

    Les adhérents de la fédération – de plus en plus nombreux (plus 12% en 2017) – ont majoritairement poursuivi leurs actions visant à insérer les outils digitaux dans leurs offres de prestations. 69% d'entre eux déclarent ainsi proposer, dans leur catalogue, des produits en e-learning et 79% que le digital fait désormais partie de leur stratégie de commercialisation.

    La transformation digitale de leur offre est donc un enjeu majeur pour les organismes de formation, qui y voient aussi un atout pour développer et valoriser le capital humain, leur organisation et même le cœur de leur activité. Cette digitalisation est d'ailleurs perçue comme une priorité pour les années à venir.

    La qualité : un enjeu fort

    La loi " Avenir professionnel " vient conforter l'importance de la qualité des prestations de formation, qualité déjà fortement mise en avant par la réforme de 2014 et du décret de juillet 2015. Ainsi, les financeurs, comme les anciens OPCA ou l'Agefiph, s'étaient vus donner comme mission de s'assurer de la capacité des prestataires à dispenser une formation de qualité.

    Une des possibilités offertes aux organismes était – et reste – de posséder une qualification, certification ou label qualité, reconnu par le CNEFOP*. Ce choix a été fait par de nombreux adhérents de la FFP, puisque 85% d'entre eux sont détenteurs d'une telle qualification. La majorité a d'ailleurs opté pour la qualification OPQF** délivrée par l'ISQ, organisme accrédité par le Comité français d'accréditation.

    Autre axe fort de développement : les formations certifiantes. 84% des organismes interrogés enrichissent leurs offres dans ce sens, délivrant diplômes, certificat ou qualification. Pour les ¾ d'entre eux, cette orientation représente même une priorité.

    Le CPF – Compte Personnel de Formation – devenu le point central des politiques de formation, constitue lui aussi le cœur de l'offre des organismes, lesquels constatent d'ailleurs une demande croissante pour ce type de prestations.

    La loi " avenir professionnel " : une opportunité à l'avenir, malgré des inquiétudes

    La quasi-totalité des adhérents de la FFP (98%) voient, dans la réforme, de véritables opportunités pour le développement de leur activité.

    Nouveau périmètre de l'action de formation, possibilités d'aller vers de nouveaux publics ou des nouvelles modalités pédagogiques, ou encore facilité offerte pour ouvrir un CFA (Centre de Formation des Apprentis) : ces éléments sont perçus par les organismes comme des moyens d'améliorer leur offre, notamment en termes d'innovation.

    Malgré tout, les entreprises du secteur se disent inquiètes pour 2019, qui devrait être une année de transition dans la mise en œuvre opérationnelle de la loi. La monétisation du CPF – et son impact sur les budgets de formation, la transformation du CIF en CPF de transition professionnelle ou le dispositif Pro A interrogent encore les prestataires, qui préfèrent rester prudents quant à leur activité pour l'année à venir.

    * Conseil national de l'emploi, de la formation et de l'orientation professionnelles

    **Office Professionnel de Qualification des Organismes de Formation

    Cette lettre est réalisée par : Delphine Guidat, Anne-catherine Auzanneau, Pierre-louis Passalacqua

    Les articles des experts SVP sur le même thème :