Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Perplexité du marché pétrolier

    13 October 2009

    Les cours moyens du brut "Brent" ont perdu 6,8% par rapport au mois d'août. Les niveaux actuels demeurent plus hauts que la moyenne de l'année, sur les 9 premiers mois de 2009, les cours évoluent en moyenne autour de 57 dollars. La barre symbolique des 70 dollars semble toutefois difficile à franchir pour le moment.

    Faible hausse de la demande en 2010

    La fièvre des derniers mois sur les cours pétroliers semble retomber. La publication de chiffres du chômage dans les pays de l'OCDE a tempéré l'optimisme des milieux économiques. Les dernières prévisions tablent sur une reprise chaotique plutôt qu'un mouvement de croissance plus net, anticipé il y a peu.

    Même les institutions internationales se montrent plutôt perplexes. L'OPEP prévoit une demande pétrolière de 0,6% seulement en 2010. Les prévisions de cours restent assez floues, entre 47 et 90 dollars, prévu pour la fin 2010.

    De plus, l'apaisement des tensions au Nigeria, un des plus gros producteurs d'or noir au monde, accentue la pression à la baisse, les opérateurs ayant abaissé leur "prime de risque géopolitique".

    Perspectives 2010 pleines d'incertitudes

    Mais surtout, c'est la politique monétaire des pays membres de l'OCDE qui inquiète les analystes. Jugées trop laxistes, bon nombre de ces politiques entraînent une explosion des déficits des Etats. Et le dollar ne cesse de se déprécier.

    Actuellement, un euro vaut plus de 1,46 dollar. Les analystes craignent un phénomène d'inflation qui entraînerait les prix du pétrole "bien au-delà des 100 dollars le baril à l'approche de l'année 2011".

    Par ailleurs, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui représente les intérêts des pays consommateurs a revu en hausse ses prévisions de demande de pétrole en raison de "la vive activité économique" de certains pays émergents. Celle-ci prévoit un recul de la demande de brut de 1,9% en 2009 contre -2,2% précédemment et une demande en hausse de 1,7%, en 2010, sur un an (contre +1,5% auparavant).

    Pour expliquer ce léger regain d'optimisme, l'AIE se réfère également au Fonds monétaire international (FMI) qui a relevé ses prévisions de croissance mondiale en 2010 (+3,1% contre 2,5% auparavant). "Les perspectives pour 2010 restent pleines d'incertitudes", relativise l'Agence.

    Tendance baissière des prix

    En Chine, la demande de pétrole noir a bondi de 6,8% en août sur un an, marquant "le cinquième mois consécutif de forte demande". En Amérique du Nord, la demande a baissé en août, pour le vingtième mois d'affilée, (-4,1% sur un an).

    Selon l'AIE, la demande dans les douze premiers pays consommateurs de pétrole (70% de la consommation mondiale), continue de se contracter de 2% sur un an. Toujours d'après cette source, les baisses des quotas ne sont plus respectées qu'à 62%.

    L'agence souligne enfin que les incertitudes sur l'état des stocks et sur la réalité de la reprise alimentent une "tendance baissière" des prix.

    Pour en savoir plus sur le marché pétrolier, SVP vous répond.

    Cette lettre est réalisée par : Murielle Doyen, Pierre-louis Passalacqua, Jean-luc Zeiler