Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Pétrole : entre 110 et 120 dollars le baril

    04 août 2011

    Les cours du pétrole ont légèrement progressé en juillet 2011 sans franchir la barre des 120 dollars le baril. Les signes d'essoufflement de la croissance mondiale tempèrent les facteurs de hausse de prix. Toutefois, la demande des pays émergents en brut, Chine en tête, ne faiblit pas. En juillet, le cours moyen du Brent s'est maintenu à un haut niveau (environ 116,7 dollars le baril contre 114,1 dollars en juin).

    +7% des achats chinois

    Avec 21% de la consommation mondiale de pétrole, l'économie américaine affaiblie tend à faire baisser les cours. L'OPEP estime que sa demande n'augmenterait que de 0,6% en 2011. La demande à destination de l'Europe (16% du total) reculerait de 0,5%. A l'opposé, la Chine, avec un taux de croissance du PIB de 9%, doit augmenter ses achats de brut de 7%. Cette demande supplémentaire représente la moitié de la progression de la demande mondiale de pétrole. L'ensemble des autres pays émergents comptent pour un peu moins de l'autre moitié.

    Quotas de l'OPEP inchangés

    Face à cette forte demande des pays émergents, l'offre reste tendue. Les pays membres de l'OPEP, satisfaits du niveau des cours actuels, renâclent à augmenter leurs quotas. Les autres pays producteurs de pétrole, la Russie principalement (premier producteur mondial), peuvent difficilement fournir plus. Enfin, la crise qui affecte le monde arabe, se répercute sur les cours en raison de la prime de risque, sans compter la pénurie de pétrole libyen (8e producteur de l'OPEP avant la guerre).

    120 dollars ou même 150 dollars le baril

    Potentiellement, compte tenu de ces facteurs de hausse, tout le monde anticipe une progression des cours. Quant à savoir quand et de quelle ampleur, les avis divergent. Certains estiment qu'un baril à 150 dollars est possible d'ici l'an prochain. D'autres tablent pour un apaisement prochain des tensions au Moyen-Orient, et parient sur un maximum de 120 dollars. Toute flambée du baril freinerait la croissance mondiale et par là même entrainerait un recul des cours comme en 2008.

    Une question ? Les experts SVP vous répondent

    Chiffres clés, contexte économique et politique : toutes les infos pour la situation économique

    Cette lettre est réalisée par : Jean-luc Zeiler Pierre-louis Passalacqua, Géraldine Sourdot