Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Pétrole, intransigeance de l'opep.

    08 July 2008

    Cours du Brent
    Moyenne mensuelle du cours du pétrole qualité "Brent" pour livraison mois courant (US dollar par baril de 159 litres) : moyenne arithmétique des cours quotidiens de clôture à Londres.

    Source : DGEMP / DIREM (Ministère de l'Ecologie, de lEnergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire)

    Agenda
    Prochaine réunion de l'OPEP
    - réunion ordinaire, le 9 septembre 2008 (Vienne).

    Tendance
    Fourchette des prévisions : - entre 68 et 140 dollars le baril à l'horizon de juin 2009.
    Pour certains financiers, la barre des 150 dollars pourrait être franchie dès le mois de juillet 2008.

    Marché à terme
    Livraison en octobre 2008 : 147,05 dollars le baril.

          Actualités -intransigeance de l'OPEP.
    Selon le président de l'OPEP, la hausse des prix du pétrole va se poursuivre. La principale raison mise en avant est la chute du dollar. "Les prix du pétrole connaîtront une nouvelle hausse dans les semaines à venir. Il nous faut suivre l'évolution du dollar, car une baisse de 1% du dollar signifie 4 dollars de plus dans le prix du pétrole". Il y a un an, au début du mois de juillet, les cours étaient voisins de 70 dollars le baril, ils dépassent désormais les 140 dollars. Dans le même temps, le dollar a perdu 15% face à l'euro.
    Le porte parole des principaux producteurs a souligné : "En tant que pays producteurs, nous pensons que l'offre est suffisante actuellement". Néanmoins, pour l'OPEP, il ne faut pas perdre de vue les effets géopolitiques sur les cours du brut, à travers notamment la crise entre l'Iran et les Occidentaux au sujet du programme nucléaire iranien.
    Pour répondre aux critiques relatives à la faiblesse de l'offre, le président algérien de l'OPEP a affirmé que "tous les pays sont favorables à de nouvelles découvertes, mais le fait est que l'embargo qui avait été imposé à la Libye n'a pas permis d'élargir les investissements dans ce pays, comme l'embargo imposé actuellement à l'Iran ne permet à personne d'y investir". Il ajoute que " Les Etats-Unis menacent de sanctions économiques sévères tout groupe qui se hasarderait à investir en Iran. Par ailleurs la guerre en Irak fait que l'investissement y est faible. Aucun pays de l'Opep ne peut investir dans ces pays interdits".
    Face à l'intransigeance des producteurs de pétrole, le marché demeure sous pression. La Chine, principal responsable de l'augmentation de la demande, ne montre aucun signe pour limiter sa consommation d'hydrocarbures. La demande chinoise de pétrole brut progresserait de 5% en 2008, soit un tiers de la demande supplémentaire. Les autres pays en voie de développement, représentant les deux tiers restants, consommeraient +3% de brut par rapport à 2007. La demande des pays industrialisés, quant à elle, resterait stable.