Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Pétrole, la Russie attise les cours

    06 mars 2014

    Le marché pétrolier restait dans l'expectative d'une vraie reprise économique. Les cours se maintenaient autour de la barre symbolique des 110 dollars le baril de Brent. Le point bas, 105 dollars/ baril a été atteint au début du mois de février. Le durcissement de la Russie vis-à-vis de la crise ukrainienne a enclenché la remontée des cours qui repassaient au dessus des 110 dollars dès le 20 février.

    La Russie, premier producteur mondial de brut

    La crise ukrainienne a remis la Russie sur le devant de la scène internationale. Avec plus de 10 millions de barils/jour, la Russie est le premier producteur de brut mondial devant les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite. La menace de sanctions des pays européens a attisé les cours du pétrole. Le pétrole russe représente 12% des importations françaises. L'Arabie Saoudite, principal fournisseur compte pour 17%, le Kazakhstan pour 13%.

    France, baisse des importations de pétrole

    Au cours de l'année 2013, la France a moins acheté de pétrole que l'année précédente (-1,4%). La consommation de produits raffinés ralentit de 1,4% sur un an (-1,7% en 2012). Les ventes de supercarburants ralentissent de 6,5%, les ventes de gazole restant stables. Le principal hydrocarbure consommé en France reste le gazole avec 45% de la consommation totale, les supercarburants représentant 9%, le fuel domestique 10%.

    Carburants : stabilité des prix à la pompe

    Au mois de février, la moyenne nationale des prix à la pompe, selon le ministère de l'Ecologie, s'établit, pour le gazole à 1,33 euro/litre, et le super sans plomb 95 à 1,51 euro/l. Ces prix restent au niveau enregistré au cours des quatre mois précédents. Le fuel domestique se négociait à 648 euros TTC les 1000 litres soit une baisse de 0,3% sur le mois.