Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Pétrole, les cours reviennent à 60 dollars le baril

    08 juin 2009

    En mai, les cours du pétrole ont été dopés par la publication d'indicateurs économiques interprétés comme les premiers signaux d'une reprise économique aux Etats Unis et en Chine. Les cours sont aussi soutenus par la diminution de l'offre pétrolière de l'OPEP.

    Faiblesse de la demande

    Du point de vue de la demande, l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a, de nouveau, baissé ses prévisions. La consommation mondiale devrait s'établir, en 2009, à 83,2 millions de barils par jour (86,50 mb/j en 2008). Jamais, il n'y a eu pareille chute de la demande depuis 28 ans. L'AIE a, cependant, fait part d'une légère hausse de la production de pétrole au sein de l'OPEP. Alors qu'en mars, 83% des objectifs de baisse de production (décidée par l'OPEP) étaient atteints, en avril, le chiffre refluait à 78%.

    Les statistiques économiques européennes sont sans équivoque. Avec un repli exceptionnel du PIB au début de l'année 2009, il est difficile de prévoir un rebond de la consommation. En France la consommation annuelle de gazole, sur les douze derniers mois connus, est en baisse de 2% alors qu'elle progressait en 2007-2008 de 2,5% sur un an. Aux Etats-Unis, la consommation pétrolière se situerait à 5,4% de moins qu'un an plus tôt.

    Illustration de la faiblesse de la demande actuelle, l'annonce de la réduction de la production de l'OPEP, qui fournit 40 % de l'or noir mondial, n' a pas entraîné de flambée des cours du brut (le cours atteint début juin correspond au niveau enregistré fin octobre).

    L'OPEP vise un meilleur équilibre entre l'offre et la demande

    A l'issue de sa réunion extraordinaire du 28 mai, l'Organisation a confirmé qu'elle maintenait son plafond de production, actuellement au plus bas depuis 2003.

    Pour l'OPEP, le marché est sur approvisionné, même si, une petite reprise économique, est constatée. Selon l'Organisation, les cours actuels autour de 60 dollars, ne reflèteraient pas la forte baisse de la demande. Satisfaite de constater l'effet positif de la baisse de production, visant à rétablir l'équilibre entre l'offre et la demande, la dernière conférence de l'OPEP a souligné que les volumes de brut entrant sur le marché sont encore au-delà de la demande réelle et que, les stocks restaient élevés. D'autre part, l'OPEP, une nouvelle fois, a mis l'accent sur l'impact de la chute des prix du pétrole brut sur la capacité financière des producteurs de pétrole. En effet, ceux-ci ont besoin d'investir des sommes colossales pour garantir l'approvisionnement de leurs clients à moyen et à long terme. Les pays producteurs souhaitent, à moyen terme, un baril à 75 dollars pour que les producteurs puissent investir dans l'exploration et la production pétrolières.

    Agenda (OPEP)

    - 9 septembre 2009, réunion ordinaire à Vienne (Autriche)

    Tendance

    Fourchette des prévisions :

    - entre 40 et 70 dollars le baril à l'horizon août 2009.

    - entre 42 et 85 dollars le baril à l'horizon mai 2010.

    Marché à terme

    Livraison pour septembre 2009 : 69,67 dollars le baril.

    Cette lettre est réalisée par : Murielle Doyen, Pierre-louis Passalacqua, Jean-luc Zeiler