Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Pétrole, tensions sur les marchés de carburants.

    02 July 2007
    Cours du Brent pour livraison mois courant - Moyenne mensuelle (US dollar par baril de 159 litres) : moyenne arithmétique des cours quotidiens de clôture à Londres. 

    Actualités

    Au cours du mois de juin, les cours pétroliers se sont stabilisés dans une fourchette entre 69 et 72 dollars le baril contre 65-71 dollars en mai dernier. Cette situation résulte principalement de la faiblesse des stocks de carburant et de la diminution récente de certains stocks de brut aux Etats-Unis. Ces réserves se sont avérées inférieures de 6% à leur niveau de l'an dernier à pareille époque, un écart imputable notamment à une série prolongée de problèmes de raffinage. Le marché anticipe des tensions sur le marché de l'essence au moment où débute la grande saison des déplacements automobiles américains.
    Néanmoins, il faut aussi ajouter que les problèmes d'approvisionnement en carburants touchent surtout les pays producteurs où la consommation est en forte hausse. Des émeutes ont, ainsi, été mentionnées en Iran (quatrième producteur mondial de brut), à la suite de l'entrée en vigueur d'un plan de rationnement du carburant.
    Ceci illustre le paradoxe de pays riches en pétrole contraints néanmoins d'importer 40% de l'essence consommée, faute de capacités de raffinage suffisantes. En effet, l'Iran n'est pas un cas isolé. Le Nigeria, premier producteur africain, doit ainsi importer près de 100% de ses produits raffinés car aucune des quatre raffineries du pays n'est en état de marche.
    Ce paradoxe ne concerne pas que les pays en développement. Même les Etats-Unis, première puissance industrielle mondiale, possèdent un parc de raffineries vieillissant et qui souffre encore des conséquences des ouragans de 2005 dans la région du Golfe du Mexique.
    Pour parvenir à satisfaire une demande en forte hausse, les compagnies pétrolières y sont contraintes d'utiliser à près de 90% leurs capacités de raffinage, au risque d'incidents industriels, comme cela a été déjà le cas. Cet état de fait entraine à la hausse les prix de l'essence mais aussi les cours du brut. Aucune nouvelle raffinerie n'a été construite aux Etats-Unis depuis 30 ans et en Europe depuis 20 ans.

    Agenda
    Prochaine réunion ordinaire de l'OPEP : le 11 septembre 2007, à Vienne (Siège de l'organisation)

    Tendance
    Fourchette des prévisions : entre 51 et 73 dollars le baril à l'horizon de juin 2008.

    Marché à terme
    Livraison en juin 2008 : 72,51$ /baril.