Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Responsabilité sociale des entreprises: enjeux et définition

    17 September 2010

    Qu'il s'agisse de la gestion de la diversité, des seniors, du bien être au travail, du dialogue social, les entreprises sont de plus en plus conviées à élaborer des stratégies dans le cadre d'une démarche responsable, c'est-à-dire durable. 1er numéro d'une série de trois articles relatifs à la RSE.

    RSE: un enjeu économique, social et environnemental

    L'entreprise, depuis toujours, entretient des liens étroits avec son environnement local. Générant des emplois, distribuant des revenus, elle intervient également dans la vie politique et sociale (logement, équipement...). Acteur majeur, elle participe à l'essor de la vie locale. En quête de confiance et de légitimité, la prise en compte des impacts économiques, sociaux et environnementaux de son activité, constitue pour elle une préoccupation montante. Si sa responsabilité première est de générer des profits, sous la pression de la société civile, des marchés financiers, du développement des circuits d'informations à l'échelle planétaire (Internet), l'entreprise agit dans la transparence et s'engage au-delà de ses obligations légales. Les instances européennes et internationales tendent de plus en plus à l'y inciter. Tel est le cas du Conseil de Lisbonne (Mars 2000), qui fait appel au "sens des responsabilités sociales des entreprises" et du Sommet du développement durable de Johannesburg (2002), qui voit les entreprises comme des "acteurs majeurs du développement durable".

    RSE : une définition partagée

    La définition la plus fréquemment utilisée de la RSE* en Europe est celle adoptée par la Commission Européenne. Il s'agit de "l'intégration volontaire des préoccupations sociales et écologiques des entreprises à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes*" ou "parties intéressées" (Livre vert de la CE 18 juillet 2001, "Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises"). La RSE comporte trois domaines de responsabilité autrement appelés trois piliers*: économique, social et environnemental. On parle ainsi de "responsabilité sociétale de l'entreprise". Bien que les deux expressions soient souvent utilisées de manière indifférenciée, la "responsabilité sociale de l'entreprise" met l'accent sur la dimension RH de la RSE: les relations de travail (interne comme externe; salariés des sous traitants ou des filiales étrangères).

    Les grandes entreprises sont en avance...

    Elles ont pris les premières initiatives en ce domaine. Toutefois, sous l'impulsion des grandes sociétés engagées dans des process de labellisation, de normalisation..., les PME travaillant avec celles-ci sont "invitées" à adopter une démarche RSE. A l'aide de questionnaires, elles déclinent leurs pratiques GRH actuelles (recrutement, dialogue social, emploi des seniors, égalité hommes femmes...) et les axes de progression qu'elles envisagent.

    Cliquez ici pour poser votre question à nos experts

    Les acteurs qui peuvent aider

    La RSE est un marché en plein développement. De nombreux acteurs délivrent diverses prestations: formations, aides à la construction d'une démarche RSE, agences de notation... Les CCI, les CARSAT* proposent leurs services d'assistance, les régions peuvent subventionner la mise en place de projets RSE dans le cadre du FRAC*.

    Cliquez ici pour accéder aux différentes rubriques du site SVP

    RSE: Corporate Social Responsability (CRS).

    Parties prenantes ou stackeholders: parties intéressées dans le cadre des activités de l'entreprise: salariés, clients, fournisseurs, investisseurs...

    Trois piliers: triple bottom

    CARSAT: nouveau nom des CRAM

    FRAC: fonds régional d'aide au conseil

    Cette lettre est réalisée par : Amélie Ghesquiere, Isabelle Dezaniaux, Cécile Noteris, Sylvie Bouveret