Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Tendances mode féminine été 2010

    12 January 2010

    Le prêt-à-porter féminin, sous l'impulsion de ses capteurs de tendances, joue l'ambivalence des thèmes : entre abondance et dépouillement. Dans cet univers binaire, quatre femmes émergent : "In vivo", "In vitro", "Ex situ" et "Ex machina".

    In vivo

    Femme pure et légère, elle crée l'harmonie parfaite entre son corps et son esprit. C'est une consommatrice pondérée et rationnelle, ses couleurs : végétales et minérales, "peaux", mate. Sur le plan des formes, elle privilégie les vêtements amples, couvrant, les grosses mailles, les drapés, les plissés tombant. L'icône de référence, Vanessa Paradis, synonyme de calme douceur et tendresse est aujourd'hui aussi le symbole de la fille agréable et maternelle.

    In vitro

    Elle représente la pureté poussée à l'extrême, se réincarne dans la perfection de la chair, dans l'efficacité individuelle, avec une tendance à l'égocentrisme. Sans névrose aucune, elle a mis un pied dans la pureté clinique. Ses couleurs de prédilection, minéral, acide, métallique, glacé et luisant. Concernant les formes vers lesquelles elle se tourne, on retrouve des vêtements près du corps, type seconde peau, des plissés ultra techniques, réalisés dans des matières synthétiques et techniques ou des cuirs, des cachemires et laine. Le modèle de référence, c'est Angélina Jolie qui joue la femme parfaite devant les caméras mais utilise, par ailleurs, sa notoriété pour aider les autres.

    Ex situ

    Compulsive et collectionneuse, elle est en quête de symboles enracinés et se concentre sur les informations glanées sur la planète. Elle ne tient pas en place et est influencée par son ascendance généalogique. Ses couleurs de prédilection sont simplement les acidulées, les épicées, les vives et les imprimées. De l'étriqué pour les hauts et bouffant pour les bas, elle aime tout particulièrement les tuniques, vêtements traditionnels et ethniques. Les matières employées pour ces vêtements sont des peaux (reptiles, animaux sauvages) des textiles tricotés et des ikat. L'icône de la tendance " in situ ", c'est Alexandra Boulat, une photo-journaliste ayant couvert 20 ans durant des zones de guerre, d'un genre métissé, entre une Jane Birkin remixée avec l'exploratrice Alexandra David Néel.

    Ex machina

    Elle est le prototype de la femme au coeur de la ville où elle voit tout, entend tout, veut tout et prend tout. Elle prend mais jette. Elle voyage et vit en zappant. Elle se glisse dans des tenues d'une amplitude nonchalante, lui assurant une liberté de mouvements. Son choix de couleurs se porte sur les primaires, les acides, avec des contrastes chaud/froid et des motifs graphiques. Elle apprécie les mailles serrées, les matières techniques, légères, flottantes et les peaux. Son icône, Every Bones, la post punk tropicale, pourrait peut-être se lier d'amitié avec JC de Castelbajac. Sa survie de panthère noire passe par la folie.

    Plus d'informations sur les tissus et les couleurs du printemps et de l'été : cliquez ici !

    Une question ? Les experts SVP vous répondent !

    Cette lettre est réalisée par : Christiane Herblot, Rosine Magnier