Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Tensions géopolitiques : peu d'impact sur le cours du pétrole

    07 août 2014

    La guerre en Ukraine, les violences en Lybie et en Syrie, l'offensive djihadiste en Irak ainsi que le conflit entre Israël et Gaza n'ont pas stoppé la baisse du cours du brut entamé depuis la fin juin. La cotation moyenne du pétrole Brent pour le mois de juillet 2014 s'établit à 106,86 dollars contre 111,80 dollars en juin. Le marché se montre plus attentif aux fondamentaux de l'offre et de la demande.

    Demande en demi-teinte

    Le manque de dynamisme de la conjoncture mondiale affecte durablement le cours du pétrole. L'économie chinoise, deuxième importateur de brut, peine à retrouver une croissance supérieure à 7,5%. Aux Etats-Unis, l'augmentation saisonnière due aux vacances serait moins forte que les années précédentes. Enfin, en Europe, la demande de pétrole continue de baisser (-0,5% prévue par l'OPEP en 2014) dans un contexte de croissance faible (+1,1% en 2014).

    Offre largement suffisante

    Parallèlement à une progression de la demande pétrolière estimée par l'OPEP à 1,25% en 2014, l'offre de brut reste abondante. L'organisation des pays pétroliers estime que l'offre hors OPEP (61% de la production mondiale) augmenterait de 1,5% en 2014, notamment grâce à l'exploitation du pétrole de schiste américain. La production pourrait cependant souffrir des conditions météorologiques (ouragans au mois d'août et septembre).

    Risque irakien

    Dans les semaines qui viennent, le cours du baril pourrait être perturbé par la progression des djihadistes de l'État islamique vers les champs pétroliers. Le contrôle des installations, voire le sabotage des pipelines, pourraient, en effet, suspendre les achats de la part des pays occidentaux entrainant une hausse des cours en attendant que l'Arabie Saoudite compense la diminution de la production.