Social, finance, fiscalité, économie, réglementation, vie des affaires, information sectorielle…
interrogez les 200 experts SVP sur toutes vos questions professionnelles

    Une machine autonome pour traiter les déchets plastiques

    08 October 2020

    Créée en décembre 2014, l'association Earthwake conçoit une machine qui utilise la pyrolyse pour transformer des déchets plastiques, après distillation, en essence, diesel et gaz. Ce gaz produit est utilisé pour alimenter en énergie la machine qui devient donc autosuffisante. Elle pourrait permettre de réduire fortement les dégâts générés par les déchets plastiques en Afrique et dans les mers du sud.

    Une solution écologique et économique contre la pollution

    Dès 2018, l'association présente un prototype de la machine appelée Chrysalis capable de traiter un kilogramme de plastique pour fournir plus de 500 grammes de diesel pouvant alimenter un groupe-électrogène, un moteur de bateau ou un petit tracteur. La machine commence par broyer les déchets plastiques, le broyat est ensuite chauffé à haute température par pyrolyse (décomposition chimique de matières organiques à haute température en atmosphère pauvre en oxygène). Enfin, une distillation permet d'obtenir 65% de diesel, 15% d'essence, 5% de charbon et 15% de gaz. Le gaz produit est utilisé par la machine, aujourd'hui opérationnelle, comme source d'énergie pour convertir 160 kg de déchets plastiques en 120 litres de diesel par jour.

    La low-tech pour préserver l'environnement

    La low-tech, par opposition au concept de high-tech, comprend l'ensemble des techniques largement connues, parfois même tombées en désuétude, qui permet de répondre à un besoin à un coût faible, avec une grande fiabilité et une forte résistance aux conditions environnementales et un entretien facilité. Pour être qualifiée de low-tech, la technologie doit être simple, peu onéreuse, faiblement énergivore et facilement réparable. Elle doit pouvoir être mise en œuvre avec des moyens disponibles localement, incluant le recyclage ou la réutilisation de composants récupérés. Le concept de low-tech est donc parfaitement adapté aux ambitions d'Earthwake de combiner préservation de l'environnement et aide aux régions en voie de développement. C'est donc sur ces bases qu'elle a conçu la machine qui se veut mobile, de petite taille pour pouvoir être disponible en tout lieu où elle s'avère utile et pour un coût relativement faible, de l'ordre de 50 000 euros.

    Une équipe militante qui travaille pour un avenir meilleur

    L'association bénéficie d'une équipe de dirigeants composée d'un comédien connu, Samuel Le Bihan, un humanitaire, Benoît Miribel qui a présidé Action contre la faim, et un inventeur qui a trouvé le moyen d'apporter de l'énergie dans les régions qui souffrent de la pollution plastique, Christofer Costes. Tous ont l'ambition de développer une solution pour éliminer les déchets plastiques par l'économie circulaire. En recyclant ce plastique si néfaste à l'environnement et en le transformant en source d'énergie, Earthwake fournit aujourd'hui à une entreprise de recyclage de déchets un diesel produit en partie par les déchets qu'elle a elle-même collecté auprès des particuliers et des entreprises locales.

    Le plastique dans l'environnement

    Selon une étude menée en 2017 par l'Université de Californie, plus de 9 milliards de tonnes de plastique ont été produites dans le monde depuis 1950. Moins de 10% de ces déchets sont recyclés, 12% sont incinérés et la majeure partie, presque 80%, sont abandonnés dans la nature pour finir notamment dans les océans. L'étude estime que plus de la moitié du plastique produit, environ 5 milliards de tonnes, est aujourd'hui dans l'environnement. Selon l'étude " New plastics economy " de la fondation Elle MacArthur, chaque année, de 80 à 120 milliards de dollars de matériaux plastiques sont perdus pour l'économie. Compte tenu des prévisions de croissance de la production, les océans pourraient contenir davantage de plastiques que de poissons d'ici à 2050, si rien ne change.

    La région et des fonds privés pour financer la R&D

    En 2018, le Conseil départemental des Alpes-Maritimes a remis à Earthwake le trophée Green Deal saluant l'initiative en matière de transition écologique mais ce sont principalement des entreprises privées qui permettent à l'association de poursuivre ses recherches et améliorer le process de transformation des déchets en source d'énergie. Cher à Samuel Le Bihan, les petits villages africains, inondés de déchets plastiques et ne disposant d'aucune structure de traitement, pourraient être parmi les bénéficiaires privilégiés mais les petites collectivités françaises et européennes sont également contactées pour acquérir la machine.

    Earthwake fait partie des finalistes pour le prix EDF Pulse 2020 dans la catégorie " Modes de vie durables ". Au vu des précédents gagnants de ce prix dont certains ont fait l'objet d'une présentation dans cette rubrique (Lancey, Grapheal, TheraPanacea, Wandercraft…), il est à présumer qu'Earthwake a de l'avenir pour préserver notre environnement.

    Cette lettre est réalisée par : Denis Kientz
    , Stéphane Chen
    , Pierre-louis Passalacqua

    Les articles des experts SVP sur le même thème :