Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Congé annuel

    Congé annuel : Prise des congés payés par roulement.


    Tout salarié a droit chaque année à des congés payés. Même s’il s’agit d’un droit, le salarié n’a pas pour autant le pouvoir d’imposer à l’employeur ses dates de départ en congés payés. Il entre dans le pouvoir de direction de l’employeur de fixer les dates de ces congés. Lorsque l’entreprise est ouverte toute l’année et qu’il n’y a donc pas de période de fermeture de celle-ci, les salariés prennent leurs congés payés à tour de rôle. Afin d’assurer un bon fonctionnement de l’entreprise et d’éviter que les salariés partent en congés tous en même temps, il appartient à l’employeur de fixer les règles de prise de congés payés par roulement. A ce titre, l’employeur doit se référer aux accords collectifs applicables à l’entreprise et à défaut, fixer la période de prise de congés payés et l’ordre des départs en congés de chacun de ses salariés tout en respectant des délais de prévenance. - Fixation de la période de prise du congé annuel La période de prise des congés payés doit être fixée pour permettre à chaque salarié de connaitre la période pendant laquelle il peut prendre des congés payés. Le code du travail prévoit qu’un accord d'entreprise ou d'établissement ou, à défaut, une convention ou un accord de branche fixe la période de prise des congés. A défaut de stipulation dans la convention ou l’accord collectif applicable à l’entreprise, l’employeur définit la période de prise des congés payés, après avis du comité social et économique. Le code du travail précise que les congés sont pris dans une période qui comprend dans tous les cas la période du 1er mai au 31 octobre de chaque année. Il s’agit d’une règle d’ordre public. L’employeur informe les salariés de la période de prise des congés payés au moins deux mois avant l’ouverture de celle-ci. Par exemple, si la période de prise des congés payés débute le 1er mai, les salariés en sont informés avant le 1er mars. -Détermination de l’ordre des départs en congé annuel En cas de prise de congés payés par roulement, cela suppose que les salariés sont en congés payés chacun leur tour. L’employeur doit alors déterminer un ordre de départ en congés payés à l’intérieur de la période de prise du congé annuel. Selon les dispositions du code du travail, un accord d'entreprise ou d'établissement ou, à défaut, une convention ou un accord de branche fixe les critères d’ordre des départs en congés payés. A défaut de stipulation dans la convention ou l’accord collectif applicable à l’entreprise, l’employeur définit, après avis du comité social et économique, l’ordre des départs en congé des salariés en tenant compte des critères suivants : -la situation de famille des bénéficiaires, notamment les possibilités de congé, dans le secteur privé ou la fonction publique, du conjoint ou du partenaire lié par un pacte civil de solidarité (PACS), ainsi que la présence au sein du foyer d'un enfant ou d'un adulte handicapé ou d'une personne âgée en perte d'autonomie; -l’ancienneté dans l’entreprise; -l’exercice d’une activité chez un ou plusieurs autres employeurs. Bon à savoir : Les conjoints et les partenaires liés par un PACS travaillant dans la même entreprise ont droit à un congé simultané. L’employeur communique, par tout moyen, à chaque salarié son ordre de départ en congé payé un mois avant son départ. L’employeur ne peut modifier l’ordre et les dates de départ en congés payés d’un salarié moins d’un mois avant la date de départ prévue, sauf en cas de circonstances exceptionnelles. Ce délai d’un mois s’applique à titre supplétif, c'est-à-dire, à défaut de précisions dans un accord collectif applicable à l’entreprise. - Risques pour l’employeur en l’absence de fixation des congés payés par roulement Le défaut de consultation par l'employeur des représentants du personnel pour la fixation de la période de prise des congés payés ou de l'ordre des départs en congés, lorsque ces questions ne sont pas réglées par la convention collective applicable, est constitutif d’une violation de la législation sur les congés payés punie d’une amende de 5éme classe (1500 euros) prononcée autant de fois qu’il y a de salariés concernés par l’infraction. La récidive est réprimée par les dispositions du code pénal. Par ailleurs, l’employeur défaillant dans l’organisation des dates de départ en congés payés ne peut pas systématiquement reprocher à son salarié d’être parti en congés sans son autorisation. Les juges peuvent, selon les circonstances, considérer que le salarié n’a pas commis de faute grave ou que le licenciement est sans cause réelle et sérieuse. Article L 3141-1 du code du travail Article L 3141-13 du code du travail Article L 3141-14 du code du travail Article L 3141-15 du code du travail Article L 3141-16 du code du travail Article D 3141-5 du code du travail Article D 3141-6 du code du travail Article R 3143-1 du code du travail Cass.soc. 6 février 1990, n° 87-82.316 Cass.soc. 11 juillet 2007, n° 06-41.706 Cass.soc. 24 juin 2009, n° 08-41.736 Cass.soc. 14 décembre 2016, n° 15-25.293


    Ressources humaines : les compétences des experts SVP

    Ressources humaines - les articles de nos experts

    Les articles des experts SVP sur le même thème

    Le marquage UKCA, le nouveau marquage de conformité en Grande-Bretagne

    Le marquage UKCA (UK Conformity Assessed) est le nouveau marquage de conformité pour les marchandises mises sur le marché en Grande-Bretagne à partir du 1er janvier 2021. Il couvre la plupart des marchandises qui exigeaient auparavant le marquage CE.

    Lire la suite >>


    Crise sanitaire : nouvelle aide exceptionnelle pour les bénéficiaires des minimas sociaux

    Le décret n°2020-1453 du 27 novembre 2020, publié au Journal officiel du 28 novembre 2020, fixe les modalités d'attribution d'une aide exceptionnelle de solidarité aux ménages et aux jeunes de moins de 25 ans les plus précaires.

    Lire la suite >>


    IMPOTS LOCAUX - Liste des Zorcomir - classement de communes en zone de revitalisation des commerces en milieu rural

    L'arrêté du 16 novembre 2020 donnant la liste des communes en zone de revitalisation des commerces en milieu rural (Zorcomir) a été publié au Journal officiel du 27 novembre 2020. Dans ces zones, les collectivités et les EPCI peuvent instaurer des exonérations de TFPB, de CFE.

    Lire la suite >>


    Covid-19 : Prolongation de l'indemnisation des demandeurs d'emploi en fin de droits

    L'ordonnance n° 2020-1442* du 25 novembre 2020 publiée au JO du 26 novembre 2020 introduit une mesure de prolongation de la durée d'indemnisation des allocataires privés d'emploi arrivant en fin de droits durant le 2e confinement.

    Lire la suite >>


    L'accord sur la chose et sur le prix dans une offre d'achat vaut-il toujours vente ?

    Beaucoup de personnes croient à tort en se fondant sur le fameux article 1583 du Code civil que la vente immobilière est parfaite dès la rencontre des consentements sur la chose et sur le prix, mais en réalité les choses sont plus complexes. C'est ce que vont découvrir des acheteurs immobiliers dans une affaire qui les a amenés jusqu'à la Cour de cassation le 27 juin 2019.

    Lire la suite >>


    Baisse des impôts de production : quels enjeux pour les collectivités territoriales ?

    Les articles 3 et 4 du Projet de Loi de finances pour 2021, actuellement en discussion au Sénat, prévoient de réduire les impôts dits " de production " de 10 milliards d'euros dès l'année prochaine. Quelles sont les collectivités concernées ? Comment va s'organiser la compensation ? Eléments de réponse.

    Lire la suite >>


    IRP : les réunions organisées en visioconférence sont de nouveau possibles en illimitée

    L'ordonnance n°2020-1441 du 25 novembre 2020, publiée au Journal officiel du 26 novembre 2020, adapte les règles relatives aux réunions des instance représentatives du personnel.

    Lire la suite >>


    Droit de résiliation de contrats de complémentaire santé : publication d'un décret

    Un décret* publié au Journal officiel du 25 novembre 2020 apporte des précisions sur le périmètre de la loi n° 2019-733** du 14 juillet 2019 relative au droit de résiliation sans frais de contrats de complémentaire santé.

    Lire la suite >>


    Notaires : les dispositions testamentaires relatives au contrat d'assurance-vie

    Le législateur a fait du contrat d'assurance-vie une véritable technique de transmission, notamment en prévoyant que le capital ou la rente stipulés payables lors du décès de l'assuré à un bénéficiaire déterminé ou à ses héritiers ne font pas partie de la succession de l'assuré. Ce principe n'est toutefois pas d'ordre public et le souscripteur peut émettre une volonté contraire par le biais d'un testament.

    Lire la suite >>


    Brexit : mise en place des titres de séjour pour les salariés ressortissants britanniques

    Le décret n°2020-1417 du 19 novembre 2020* transpose au droit français les dispositions relatives à l'entrée, au séjour et à l'activité professionnelle des ressortissants britanniques de l'accord sur le Brexit signé le 24 janvier 2020*.

    Lire la suite >>