Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Démission

    Lorsque la période d’essai est expirée, le contrat de travail peut être rompu unilatéralement par le salarié. Cette rupture prend la forme d’une démission. Elle peut intervenir pendant toute la durée du contrat et à tout moment. A défaut de définition légale de la démission, la jurisprudence en a précisé les contours. Les juges ont défini la démission comme une « acte unilatéral par lequel le salarié manifeste de façon claire et non équivoque sa volonté de rompre le contrat ». L’employeur devra s’assurer du respect de ces conditions.

    - Le salarié doit manifester sa volonté de démissionner
    Le code du travail ne prévoit aucun formalisme pour démissionner. Les conventions collectives peuvent toutefois prévoir que l’écrit est nécessaire. A défaut de convention ou d’accord collectif, un écrit reste recommandé à titre de preuve, mêmes si les démissions verbales ou implicites sont admises.

    - La démission par écrit
    Si le courrier de démission n’a pas à indiquer la motivation de la rupture, pour être valable il doit néanmoins comporter la date de sa prise d’effet et l’incidence du préavis (exécution ou demande de dispense). Il sera remis à l’employeur en main propre contre décharge ou par lettre recommandée avec avis de réception.
    En ce qui concerne l’auteur de l’écrit, les juges ont validé, sous certaines conditions, les lettres rédigées par des tiers. Il en est ainsi de la lettre rédigée par un tiers mais signée par le salarié ou de celle rédigée par le salarié sous la dictée de son chef de service.

    -La démission verbale
    A défaut de dispositions conventionnelles ou contractuelles contraires, l’employeur peut considérer comme valable la démission donnée verbalement, à condition qu’elle ait été donnée en toute indépendance d’esprit. C’est le cas du salarié qui se présente au travail en tenue de ville et déclare qu’il ne viendrait plus travailler et qu’il démissionnait ou de la salariée qui déclare ne plus vouloir travailler « dans cette maison de fous », quitte les lieux sur le champ en remettant les clefs et qui ne se présente plus à son travail.

    -La démission implicite
    Dans certains cas, les juges admettent la démission se manifestant uniquement par le comportement du salarié. Il s’agit notamment du fait pour le salarié de s’engager auprès d’un autre employeur ou d’abandonner son poste en demandant un licenciement. Attention toutefois il convient d’être prudent dans ces hypothèses car la démission peut être écartée à défaut pour l’employeur de prouver une volonté claire et non équivoque de démissionner.

    - La démission résulte d’une volonté claire et non équivoque
    Quelle que soit la forme de la démission, elle ne se présume pas, le consentement du salarié ne doit pas avoir été altéré par un état psychologique dégradé ni résulter de la pression ou du comportement fautif de l’employeur.

    - Altération de la volonté du salarié
    Dans certaines situations le salarié donne sa démission sous le coup de la colère ou de l’énervement. La jurisprudence considère alors que ces ruptures ne constituaient pas une démission claire et non équivoque.

    Il en est de même lorsque le salarié souffre de troubles psychiques. Ainsi l’employeur ne peut pas considérer comme démissionnaire un salarié qui exprime son désir d’être licencié peu après une dépression.

    -Démission sous la pression de l’employeur
    D’une manière générale la démission ne peut être valable si le salarié a agi sous la contrainte. Les juges en donnent de nombreux exemples. Ne sont pas des démissions, les ruptures du contrat de travail à l’initiative du salarié intervenues à la suite de menaces de poursuites pénales, de mesures vexatoires ou de pression morale de nature à le déstabiliser.
    A noter que la démission pour échapper à un licenciement peut être considéré comme valable si l’employeur n’a pas exercé sur le salarié de pression de nature à influer sur sa décision et que cette dernière a été prise en toute connaissance de cause.

    -Démission résultant du comportement fautif de l’employeur
    Lorsque le comportement fautif de l’employeur est à l’origine de la démission du salarié, la volonté de celui-ci ne procède pas d’une volonté claire et non équivoque. Les juges requalifient la rupture du contrat de travail en une prise d’acte de la rupture aux torts de l’employeur. Celle-ci produit alors les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse si les faits le justifient. C’est le cas notamment lorsque l’employeur ne paie pas l’intégralité des salaires dus au salarié.

    La démission n’ayant pas de cadre légal, il est important pour l’employeur de bien valider les conditions précisées par la jurisprudence afin de ne pas voir cette rupture de contrat invalidée par les juges.

    Cass. soc. 22 juin 1994 n°90-42143
    Cass. soc. 28 novembre 2012 n°11-16638
    Cass. soc. 22 février 2000 n°98-40650
    Cass. soc. 10 décembre 1992 n°89-44093
    Cass. soc. 13 juin 2007 n°06-40365
    Cass. soc. 4 janvier 2000 n°97-43572
    Cass. soc. 24 novembre 1999 n°97-44183
    Cass. soc. 7 avril 1999 n°97-40689
    Cass. soc. 19 octobre 2005 n°04-41628
    Cass. soc. 19 juin 1996 n°93-43609
    Cass. soc. 11 octobre 2000 n°98-44043
    Cass. soc. 16 février 1989 n°86-41104
    Cass. soc. 19 octobre 2005 n°04-42902
    Cass. soc. 25 mai 2011 n°09-68224
    Cass. soc. 19 octobre 2005 n°04-40924

    Ressources humaines : les compétences des experts SVP

    Ressources humaines - les articles de nos experts

    Les articles des experts SVP sur le même thème

    Jurisprudence : le préjudice d'anxiété ne sera pas élargi

    Vendredi 7 juillet 2017, la cour d'appel de Metz a confirmé que la reconnaissance du préjudice d'anxiété reste uniquement réservée aux travailleurs de l'amiante.

    Lire la suite >>


    Projet de loi d'habilitation : focus sur l'articulation des normes et la négociation collective (1)

    Le projet de loi " d'habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social " est débattu actuellement à l'Assemblée nationale avec pour objectif d'être voté le 28 juillet. Parallèlement, des concertations avec les partenaires sociaux ont lieu depuis le 9 juin afin de préparer les ordonnances. Focus sur le premier pilier de la réforme à venir, (article 1er et 4) avec les précisions de l'étude d'impact.

    Lire la suite >>


    Prestations de la CAF : un nouveau guide

    La Caisse d'allocations familiales (CAF) a publié le 4 juillet 2017 un nouveau guide relatif à ses prestations et aides sociales. Une version est également disponible pour les DOM.

    Lire la suite >>


    Les principaux textes sociaux du 1er au 30 juin 2017

    Allocations chômage, commissions paritaires régionales interprofessionnelle…Retrouvez les principaux textes publiés du 1er au 30 juin 2017

    Lire la suite >>


    Compte pénibilité : nouvelles annonces du Gouvernement pour sa simplification

    Dans une lettre du 8 juillet 2017 adressée aux partenaires sociaux, le Gouvernement a précisé ses intentions concernant le régime du compte pénibilité.

    Lire la suite >>


    La transformation digitale au sein des directions des ressources humaines

    Au-delà des systèmes d'information et outils, la transformation digitale influence le modèle managérial des entreprises passant d'un modèle vertical à un modèle collaboratif. Ces transformations modifient les habitudes des salariés ce qui impacte les managers, qui, selon les DRH, doivent davantage s'adapter à ces nouvelles règlesLa transformation digitale pour le management de l'entrepriseSelon les DRH, les managers devront :- trouver l'équilibre entre autonomie des collaborateurs et contrôle nécessaire au pilotage de l'activité,- travailler en mode collaboratif et projet entre la hiérarchie et les équipes pour laisser place à une dynamique plus collaborative et moins directive,- communiquer avec des équipes éloignées en utilisant des outils adaptés pour faire face à la tendance du télétravailLa transformation digitale dans les entreprises d'aujourd'huiLa transformation digitale apporte une nouvelle vision sur le rapport entre le salarié et l'entreprise, aussi bien sur le plan professionnel que personnel, et permet de faciliter les interactions entre les différents services. Ainsi, le digital renforce les liens entre DRH et salariés pour 84% des DRH.Les principaux défis à venir pour les métiers des DRH sont de favoriser l'implication des collaborateurs au travail et d'assurer la transformation digitale au sein de l'entreprise.Selon les DRH, la formation, le recrutement et l'administration du personnel sont les principales fonction impactées par la transformation digitale.Les fonctions clés des DRH dans la transformation digitale91% des DRH estiment que leur rôle est d'être à l'origine de la culture digitale au sein des entreprises et 70% pensent que leur rôle et d'être leader sur la thématique.Les DRH pourraient être amenées à développer la culture digitale de l'entreprise, à élaborer une stratégie de sourcing de talents et à exploiter le digital pour la formation.

    Lire la suite >>


    Fusion des régimes de retraite complémentaire : une négociation dès septembre

    Les régimes de retraite complémentaire Agirc et Arrco devraient fusionner au 1er janvier 2019. Une négociation interprofessionnelle débutera en septembre prochain.

    Lire la suite >>


    Projet de loi d'habilitation : adoption par la commission des affaires sociales

    Le projet de loi d'habilitation autorisant le Gouvernement à légiférer par ordonnances* a été adopté par la commission des affaires sociales le 6 juillet 2017. Le texte a été adopté sans grands changements.

    Lire la suite >>


    Marchés publics de maitrise d'œuvre : les difficultés de la mise en place de la nouvelle réglementation

    La réforme du droit des marchés publics en vigueur depuis le 1er avril 2016 confronte aujourd'hui les acheteurs publics à différents changements auxquels ils doivent adapter leurs process. C'est le cas notamment pour la mise en œuvre d'un concours de maîtrise d'œuvre.Mickaël SOTTO, expert au département secteur public vous en présente les enjeux et subtilités.

    Lire la suite >>


    Salaires en 2017 : tendance à la modération

    Les augmentations de salaires restent à des niveaux observés les années précédentes, selon le Ministère du travail, l'INSEE et les spécialistes des rémunérations. L'accélération de l'inflation n'aurait que peu d'impact sur les salaires de base.

    Lire la suite >>