Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Rupture période d'essai

    Lorsque l’employeur estime que la période d’essai du salarié n’est pas concluante, il peut décider de rompre celle-ci pour mettre fin au contrat de travail. En principe, il n’est pas nécessaire de motiver la rupture de la période d’essai. Toutefois, il existe une exception à ce principe lorsque la rupture de l’essai est justifiée par un comportement fautif du salarié. Il convient également d’être vigilant et de ne pas justifier la rupture de la période d’essai par un élément abusif ou discriminatoire.

    - La rupture de la période d’essai par l’employeur n’a pas à être motivée

    La résiliation du contrat de travail est encadrée par le code du travail, qu’il s’agisse du licenciement, de la démission, de la rupture conventionnelle ou de la rupture du contrat à durée déterminée. La période d’essai, qui se situe au début du contrat de travail et qui permet notamment à l’employeur d’évaluer les compétences du salarié, bénéficie d’un statut particulier. Les conditions et procédures attachées aux différents types de rupture ne sont pas applicables à la rupture de la période d’essai.

    En conséquence, sauf abus, l’employeur bénéficie d’un droit de résiliation discrétionnaire et il n’a pas besoin de donner au salarié les motifs qui l’ont conduit à mettre fin à la période d’essai. Le code du travail n’impose en effet ni entretien préalable, ni lettre de notification motivée. L’employeur peut donc simplement informer le salarié de sa décision de mettre fin à la période d’essai. Pour des raisons de preuve, il est néanmoins conseillé de notifier par écrit cette décision.

    Si la loi n’impose, en principe, aucune motivation de la rupture de la période d’essai, la convention collective applicable dans l’entreprise devra être vérifiée, puisqu’elle peut prévoir des dispositions particulières concernant la rupture de la période d’essai, que ce soit en termes de formalisme ou de motivation. L’employeur devra être également vigilant lorsqu’il met fin à la période d’essai pour faute.

    - La rupture de la période d’essai par l’employeur pour faute doit être motivée

    Les juges ont précisé que la procédure disciplinaire doit être appliquée lorsque l’employeur invoque une faute commise par le salarié comme motif de rupture de la période d’essai. A défaut, le salarié peut prétendre à des dommages et intérêts pour non-respect de la procédure disciplinaire, ce qui ne remet pas en cause la rupture en elle-même.

    Les dispositions du code du travail relatives au droit disciplinaire sont indépendantes de celles concernant la rupture du contrat de travail. Si ces dernières ne sont pas applicables à la rupture de la période d’essai, il en est autrement des règles de droit disciplinaire. Elles concernent l’exécution du contrat de travail et sont applicables à toute mesure de nature à affecter immédiatement ou non la présence du salarié dans l'entreprise, sa fonction, sa carrière ou sa rémunération, même pendant la période d’essai.

    Rappelons que la procédure disciplinaire nécessite un entretien préalable à la sanction, qui sera ici la rupture de la période d’essai, ainsi que la notification motivée de la sanction. Les griefs retenus contre le salarié et qui ont conduit à la rupture de la période d’essai, sont notifiés par écrit et remis en main propre contre décharge ou par lettre recommandée avec avis de réception.
    En cas de contentieux, le contrôle des juges portant sur la rupture de la période d’essai n’est pas réservé à l’application de la procédure disciplinaire, il est étendu aux motifs ainsi qu’aux circonstances de la rupture de l’essai et s’exerce dans la limite de l’abus de droit.

    - La rupture de la période d’essai par l’employeur ne peut pas être fondée sur un motif abusif ou discriminatoire

    Au vu de la jurisprudence, la rupture de la période d’essai est déclarée abusive lorsque la décision de l’employeur n’est pas motivée par des raisons professionnelles. Il en est ainsi lorsque l’employeur a agi précipitamment en mettant fin à la période d’essai quelques jours après le début du contrat de travail, ne laissant pas le temps au salarié de faire ses preuves. Est également considérée comme abusive la rupture de la période d’essai fondée sur un motif étranger aux capacités professionnelles du salarié : suppression du poste du salarié, réclamation d’une salariée au sujet de sa rémunération, refus du salarié d’accepter une modification de son contrat de travail.

    En outre, le motif invoqué par l’employeur ne doit pas être discriminatoire. Les juges ont en effet sanctionné les employeurs qui ont mis fin à la période d’essai en raison de l’état de grossesse de la salariée ou de la maladie du salarié.

    La rupture abusive ou discriminatoire de la période d’essai ouvrant droit pour le salarié à des dommage et intérêts pour réparation du préjudice subi, il est important pour l’employeur de bien caractériser les motifs entrainant la fin de l’essai, même s’il n’est pas nécessaire, en principe, d’en informer le salarié.

    - Article L 1231-1 du code du travail
    - Cass. soc. 10 mars 2004 n°01-44750
    - Cass. soc. 11 janvier 2012 n°10-14868
    - Cass. soc. 30 novembre 2011 n° 10-30535
    - Cass. soc. 20 octobre 1998 n° 97-41087
    - Cass. soc. 4 juillet 2001 n° 99-44469
    - Cass. soc. 16 février 2005 n°02-43402
    - Articles L 1132-1 à L 1132-4 du code du travail

    Ressources humaines : les compétences des experts SVP

    Ressources humaines - les articles de nos experts

    Les articles des experts SVP sur le même thème

    Notice: Undefined variable: cat in /var/www/sites/www.svp.com/lib_php/CORE/GetPost.class.php on line 1276 Notice: Trying to get property of non-object in /var/www/sites/www.svp.com/lib_php/CORE/GetPost.class.php on line 1276 Notice: Undefined variable: cat in /var/www/sites/www.svp.com/lib_php/CORE/GetPost.class.php on line 1277 Notice: Trying to get property of non-object in /var/www/sites/www.svp.com/lib_php/CORE/GetPost.class.php on line 1277

    Droit social : arrêts marquants avril 2012

    Accident du travail et réparations, faute inexcusable de l'employeur et faute pénale, notion de travailleur de nuit, égalité de traitement et avantage catégoriel, égalité de traitement et statut juridique, inaptitude du salarié, salaire et congés payés, classification, IRP et élections, subvention du comité d'entreprise, protection des anciens conseillers prud'hommes, retrouvez une sélection d'arrêts de la Cour de cassation.

    Lire la suite >>


    Réforme des collectivités : les contours des transferts des pouvoirs de police

    Ni l'article L.5211-9-2 du CGCT ni la loi du 16 décembre 2010 portant réforme des collectivités territoriales ne viennent définir ce que regroupe exactement le transfert des pouvoirs de police au président d'un EPCI en matière d'assainissement et d'ordures ménagères. Des réponses ministérielles viennent donc préciser aujourd'hui les contours de ces transferts.

    Lire la suite >>


    Point de l'Urssaf sur la déclaration préalable à l'embauche

    La notice Urssaf du 25 avril 2012 apporte des précisions sur la déclaration préalable à l'embauche (DPAE) qui remplace la déclaration unique d'embauche (DUE).

    Lire la suite >>


    La question insolite du mois d'avril : les bureaux de vote et le drapeau tricolore

    Je pavoise…tu pavoises….nous pavoisons, telle pourrait être la déclinaison des maires lors du déroulement des élections. Mais est-ce que pavoiser est une obligation ? La question est de savoir si un maire peut ou doit installer un drapeau tricolore à l'extérieur des lieux recevant les bureaux de vote.

    Lire la suite >>


    Simplification du droit : le point sur les annonces judiciaires et légales

    Dans un souci d'efficacité et d'harmonisation, la loi de simplification du droit du 22 mars 2012 a réformé la loi du 4 janvier 1955 concernant les annonces judiciaires et légales. Ainsi, la publication des annonces se fera non seulement dans un journal d'annonces légales papier, mais aussi sous forme électronique sur une plateforme unique. D'autre part, face à la grande disparité des prix à la ligne, le régime est aménagé dans l'objectif d'harmoniser progressivement les prix.

    Lire la suite >>


    Une future norme pour la chirurgie esthétique

    La norme NF EN 16372 délivrant des exigences sur les services en chirurgie esthétique devrait être publiée courant 2013. Cette norme offrira aux professionnels des références sur lesquelles ils pourront s'appuyer pour mettre en place une qualité de service cohérente. L'objectif de cette future norme est d'améliorer la qualité de service en chirurgie esthétique et la sécurité des patients.

    Lire la suite >>


    Bénéficiaires d'une pension vieillesse forfaitaire et droits aux prestations

    Le décret n°2012-560 du 24 avril 2012 (JO du 26/04/2012), pris pour l'application de l'article 78 de la loi n°2011-1906 du 21 décembre 2011 de financement de la sécurité sociale pour 2012, supprime le droit aux « prestations en nature d'assurance maladie » pour les pensionnés bénéficiaires d'un versement forfaitaire unique.

    Lire la suite >>


    Précisions sur la gestion du PERCO et de la participation

    Une circulaire interministérielle du 19 avril 2012 répond, sous forme de questions-réponses, aux interrogations sur l'alimentation et la gestion du plan d'épargne pour la retraite collectif (PERCO), suite à la parution des décrets n°2011-1449 et n°2011-1450 du 7 novembre 2011 (JO du 8/11/2011).

    Lire la suite >>


    Augmentation de capital réservée aux salariés

    Augmentation de capital réservée aux salariés L'article L225-129-6 du Code de commerce prévoit, en matière d'épargne salariale, que l'assemblée générale extraordinaire doit se prononcer sur un projet de résolution tendant à la réalisation d'une augmentation de capital réservée aux salariés, d'une part lors de toute augmentation de capital en numéraire et d'autre part, au moins une fois tous les 3 ans (rendez-vous triennal). Les modifications apportées à cet article par la récente loi de simplification du droit du 22 mars 2012 méritent quelques éclaircissements.

    Lire la suite >>


    Imposition du salaire en Pologne

    En Pologne, l'employeur doit pratiquer une retenue à la source mensuelle sur les salaires qu'il verse.L'impôt est calculé sur le salaire net, après déduction des cotisations sociales. Le taux d'imposition le plus élevé est de 32 %.

    Lire la suite >>