Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Suspension du contrat de travail

    Suspension du contrat de travail au titre de la maladie non professionnelle

    Un arrêt maladie du salarié a pour effet la suspension de son contrat de travail. Le contrat de travail n’est pas rompu, il cesse seulement d’être exécuté le temps de la convalescence du salarié. En effet, le salarié continue d’appartenir aux effectifs de l’entreprise pendant la suspension du contrat de travail.

    Pendant la maladie, les obligations découlant de l’exécution du contrat de travail ne sont plus maintenues. A ce titre, le salarié n’a plus à fournir sa prestation de travail et réciproquement, l’employeur n’a plus l’obligation de le rémunérer, sous réserve de l’obligation de maintien de salaire prévue par la loi et la convention collective. Pendant la suspension du contrat de travail, le salarié reste tenu de respecter certaines obligations et bénéficie de certaines garanties.

    Suspension du contrat de travail et obligations du salarié

    Le salarié doit avertir, dans les plus brefs délais, son employeur s'il est empêché par la maladie de venir travailler et lui adresser un certificat médical indiquant le nombre de jours d'arrêt prescrits. La suspension du contrat de travail est subordonnée à la prescription d’un arrêt de travail fourni à l’employeur.

    Les conventions collectives ou le règlement intérieur fixent la plupart du temps un délai de prévenance que le salarié doit respecter sous peine de commettre une faute. En l'absence de prescriptions particulières de délai, il est d'usage pour le salarié de prévenir l'employeur de la raison de la suspension de son contrat de travail dans les 48 heures.

    Pendant l’arrêt de travail pour maladie, le salarié qui bénéficie d’une indemnité complémentaire versée par l’employeur en plus de l’indemnité journalière de sécurité sociale est susceptible de faire l’objet d’une contre visite médicale. Un tel contrôle médical est diligenté par l’employeur qui mandate un médecin contrôleur. Le salarié ne peut pas refuser un tel contrôle. En cas de refus injustifié, le salarié perd le bénéfice des indemnités complémentaires de maladie versée par l’employeur. De même, le salarié absent de son domicile en dehors des heures de sortie autorisées par la sécurité sociale, ayant ainsi rendu impossible le contrôle, est privé des indemnités complémentaires de maladie versée par l’employeur.

    Durant la suspension du contrat de travail au titre de la maladie, le salarié est tenu de respecter son obligation de loyauté. Ainsi, par exemple, lorsque le salarié exerce, pendant son arrêt de travail pour maladie, une activité professionnelle pour le compte d'une société concurrente, cela constitue un manquement à l’obligation de loyauté car une telle activité cause nécessairement un préjudice à l'employeur. Un tel comportement est une faute qui justifie une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement.

    Suspension du contrat de travail et droits du salarié

    •La suspension du contrat de travail pour maladie interdit à l’employeur de demander au salarié de fournir une prestation de travail

    Pendant un arrêt maladie, le salarié est dispensé de fournir sa prestation de travail. Ce dernier ne saurait être tenu, durant cette période, de poursuivre une collaboration avec l'employeur.

    •Pendant la suspension du contrat de travail pour maladie, le salarié a droit à une compensation financière pour perte de salaire

    Sur le plan de la rémunération, le salarié en maladie bénéficie durant la suspension du contrat de travail d’indemnités journalières versées par la sécurité sociale, sous certaines conditions. Ces indemnités permettent de compenser en partie la perte de salaire. Pour y avoir droit, le salarié doit notamment justifier avoir cotisé sur un montant minimum de rémunération ou avoir effectuer un minimum d’heures de travail. Par ailleurs, pour bénéficier d’une indemnisation supérieure à six mois, il est nécessaire de justifier d’une immatriculation de douze mois.

    En outre, le salarié ayant un an d’ancienneté dans l’entreprise bénéficie, pendant la suspension de son contrat de travail, d’une indemnité complémentaire aux allocations journalières de sécurité sociale. Cette indemnité complémentaire est versée par l’employeur ou un organisme de prévoyance. Cette indemnité complémentaire peut permettre selon les secteurs professionnels de bénéficier d’un maintien de salaire à 100 %.

    •La suspension du contrat de travail pour maladie n’interdit pas au salarié de suivre une action de formation professionnelle

    Le salarié en suspension du contrat de travail pour maladie peut bénéficier du versement des indemnités journalières de sécurité sociale tout en demandant, avec l'accord du médecin traitant, à accéder aux actions de formation professionnelle continue ou à des actions d'évaluation, d'accompagnement, d'information et de conseil auxquelles la caisse primaire d’assurance maladie participe, sous réserve qu'après avis du médecin-conseil la durée de ces actions soit compatible avec la durée prévisionnelle de l'arrêt de travail. La caisse fait part de son accord au salarié et, le cas échéant, à l'employeur, ce dernier en informant le médecin du travail.

    •Suspension du contrat de travail et neutralisation de certains avantages

    La suspension du contrat de travail pour maladie peut avoir des incidences sur les droits du salarié découlant du contrat de travail. En effet, par exemple, légalement, la période de suspension du contrat de travail pour maladie non professionnelle ne fait pas partie des périodes d'absence assimilées par la loi à du travail effectif pour l'acquisition des congés payés. Autre exemple, la suspension du contrat de travail pour maladie non professionnelle n’est pas prise en considération dans le calcul de l'ancienneté pour déterminer le montant de l'indemnité de licenciement. Il convient toutefois de se référer aux accords d’entreprise, à la convention collective de branche applicable à l’entreprise, aux contrats de travail ou aux usages de l’entreprise qui peuvent prévoir des dispositions plus favorables pour le salarié.


    Sources juridiques :
    Réponse ministérielle à question écrite no 162 (M. Delalande) (JOAN Q 15 septembre 1997, p. 2979)
    Article L 1226-1 du code du travail
    Cass.soc. 17 décembre 1986, n° 84-43.458
    Cass.soc 28 avril 1981, n° 79-41.806
    Cass.soc. 28 janvier 2015, n° 13-18.354
    Cass. soc. 15 juin 1999, n° 96-44.772
    Art L 321-1, L 313-1 et R 313-3 du code de la sécurité sociale
    Article L 323-3-1 du code de la sécurité sociale
    Article L 3141-5 du code du travail
    Cass.soc. 27 avril 2017, n° 16-13.654

    Ressources humaines : les compétences des experts SVP

    Ressources humaines - les articles de nos experts

    Les articles des experts SVP sur le même thème

    Procédures collectives en temps de Covid-19 : rappel de la date butoir du 10 octobre 2020 pour une déclaration tardive de l'état de cessation des paiements sans sanction

    La loi n°2020-546 du 11 mai 2020 de prorogation de l'état d'urgence sanitaire (au 10 juillet 2020) et l'ordonnance n°2020-341 du 27 mars 2020 portant adaptation des règles relatives aux difficultés des entreprises permettent de geler au 12 mars 2020 et pendant la durée de l'état d'urgence sanitaire augmentée de 3 mois, l'appréciation de la situation des entreprises quant à leur état de cessation des paiements, soit jusqu'au 10 octobre 2020.

    Lire la suite >>


    Lutte contre les " marchands de sommeil " : quelles mesures ?

    En France, il existe aujourd'hui environ 450 000 logements considérés comme indignes. Avec la loi ALUR de mars 2014 et la loi ELAN de novembre 2018, les pouvoirs publics disposent de moyens supplémentaires pour restreindre l'activité des " marchands de sommeil " notamment par le biais de pressions financières et de nouvelles sanctions pénales.

    Lire la suite >>


    Suppression des tickets de caisse

    L'impression d'un ticket de caisse à destination des clients consommateurs est seulement obligatoire pour les prestations de services dont le montant est supérieur à 25 euros. Pourtant, une toute autre pratique est constatée en France : le ticket de caisse est imprimé, de manière systématique, que le client le demande ou non, qu'il en ait besoin ou non. Dans la perspective notamment de limiter les déchets, une nouvelle loi incite à mettre fin à cette pratique.

    Lire la suite >>


    Activité partielle : nouvelles précisions sur la réduction d'activité durable

    Un décret n°2020-1188 du 29 septembre 2020, publié au Journal officiel du 30 septembre 2020, précise le dispositif spécifique d'activité partielle en cas de réduction d'activité durable.

    Lire la suite >>


    Apprentissage : un nouveau modèle de convention

    L'arrêté du 14 septembre 2020 publié au JO du 25* fixe le modèle de convention tripartite de réduction ou d'allongement de la durée du contrat d'apprentissage.

    Lire la suite >>


    Activité partielle : prolongation du taux horaire de l'allocation

    Le décret n°2020-1170* du 25 septembre 2020 publié au JO du 26 septembre proroge la durée d'application du taux horaire de l'allocation d'activité partielle prévue par le décret n°2020-810** du 29 juin 2020.

    Lire la suite >>


    Notaires : faut-il purger le droit de préemption du fermier en cas d'échange d'une parcelle rurale louée par bail rural soumis au statut du fermage ?

    Le législateur a institué un droit de préemption au profit du fermier titulaire d'un bail rural soumis au statut du fermage, s'appliquant sous certaines conditions lorsque le bien objet du bail est aliéné à titre onéreux. La question de l'application de ce droit de préemption en cas d'échange de la parcelle louée peut se poser en pratique.

    Lire la suite >>


    La responsabilité du dirigeant à l'issue d'une procédure de liquidation judiciaire

    Tous les dirigeants sont susceptibles de faire l'objet de sanctions suite à une procédure collective. Concernant les sanctions patrimoniales, ne sont envisagées ici que les actions pouvant être engagées à l'encontre des dirigeants de personnes morales et des EIRL car les entrepreneurs en nom propre sont tenus des dettes à titre personnel sur tout leur patrimoine. Cependant, les sanctions professionnelles et pénales peuvent concerner tant les dirigeants de personnes morales que les entrepreneurs individuels.

    Lire la suite >>


    Covid-19 : exonération et aide au paiement des cotisations et contributions sociale

    Une instruction, publiée le 20 septembre 2020*, précise les modalités d'application des dispositifs d'exonération et de l'aide au paiement des cotisations et contributions sociales applicables aux entreprises, travailleurs indépendants et artistes-auteurs affectés par la crise sanitaire

    Lire la suite >>


    Nouvelles mesures de soutien à l'économie : un webinaire de l'URSSAF

    L'URSSAF a organisé un webinaire le 18 septembre 2020 dans le but de préciser les modalités d'application de l'exonération et de l'aide au paiement des cotisations ainsi que les plans d'apurement et les remises partielles de dettes.

    Lire la suite >>