Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Suspension du contrat de travail

    Suspension du contrat de travail au titre de la maladie non professionnelle

    Un arrêt maladie du salarié a pour effet la suspension de son contrat de travail. Le contrat de travail n’est pas rompu, il cesse seulement d’être exécuté le temps de la convalescence du salarié. En effet, le salarié continue d’appartenir aux effectifs de l’entreprise pendant la suspension du contrat de travail.

    Pendant la maladie, les obligations découlant de l’exécution du contrat de travail ne sont plus maintenues. A ce titre, le salarié n’a plus à fournir sa prestation de travail et réciproquement, l’employeur n’a plus l’obligation de le rémunérer, sous réserve de l’obligation de maintien de salaire prévue par la loi et la convention collective. Pendant la suspension du contrat de travail, le salarié reste tenu de respecter certaines obligations et bénéficie de certaines garanties.

    Suspension du contrat de travail et obligations du salarié

    Le salarié doit avertir, dans les plus brefs délais, son employeur s'il est empêché par la maladie de venir travailler et lui adresser un certificat médical indiquant le nombre de jours d'arrêt prescrits. La suspension du contrat de travail est subordonnée à la prescription d’un arrêt de travail fourni à l’employeur.

    Les conventions collectives ou le règlement intérieur fixent la plupart du temps un délai de prévenance que le salarié doit respecter sous peine de commettre une faute. En l'absence de prescriptions particulières de délai, il est d'usage pour le salarié de prévenir l'employeur de la raison de la suspension de son contrat de travail dans les 48 heures.

    Pendant l’arrêt de travail pour maladie, le salarié qui bénéficie d’une indemnité complémentaire versée par l’employeur en plus de l’indemnité journalière de sécurité sociale est susceptible de faire l’objet d’une contre visite médicale. Un tel contrôle médical est diligenté par l’employeur qui mandate un médecin contrôleur. Le salarié ne peut pas refuser un tel contrôle. En cas de refus injustifié, le salarié perd le bénéfice des indemnités complémentaires de maladie versée par l’employeur. De même, le salarié absent de son domicile en dehors des heures de sortie autorisées par la sécurité sociale, ayant ainsi rendu impossible le contrôle, est privé des indemnités complémentaires de maladie versée par l’employeur.

    Durant la suspension du contrat de travail au titre de la maladie, le salarié est tenu de respecter son obligation de loyauté. Ainsi, par exemple, lorsque le salarié exerce, pendant son arrêt de travail pour maladie, une activité professionnelle pour le compte d'une société concurrente, cela constitue un manquement à l’obligation de loyauté car une telle activité cause nécessairement un préjudice à l'employeur. Un tel comportement est une faute qui justifie une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement.

    Suspension du contrat de travail et droits du salarié

    •La suspension du contrat de travail pour maladie interdit à l’employeur de demander au salarié de fournir une prestation de travail

    Pendant un arrêt maladie, le salarié est dispensé de fournir sa prestation de travail. Ce dernier ne saurait être tenu, durant cette période, de poursuivre une collaboration avec l'employeur.

    •Pendant la suspension du contrat de travail pour maladie, le salarié a droit à une compensation financière pour perte de salaire

    Sur le plan de la rémunération, le salarié en maladie bénéficie durant la suspension du contrat de travail d’indemnités journalières versées par la sécurité sociale, sous certaines conditions. Ces indemnités permettent de compenser en partie la perte de salaire. Pour y avoir droit, le salarié doit notamment justifier avoir cotisé sur un montant minimum de rémunération ou avoir effectuer un minimum d’heures de travail. Par ailleurs, pour bénéficier d’une indemnisation supérieure à six mois, il est nécessaire de justifier d’une immatriculation de douze mois.

    En outre, le salarié ayant un an d’ancienneté dans l’entreprise bénéficie, pendant la suspension de son contrat de travail, d’une indemnité complémentaire aux allocations journalières de sécurité sociale. Cette indemnité complémentaire est versée par l’employeur ou un organisme de prévoyance. Cette indemnité complémentaire peut permettre selon les secteurs professionnels de bénéficier d’un maintien de salaire à 100 %.

    •La suspension du contrat de travail pour maladie n’interdit pas au salarié de suivre une action de formation professionnelle

    Le salarié en suspension du contrat de travail pour maladie peut bénéficier du versement des indemnités journalières de sécurité sociale tout en demandant, avec l'accord du médecin traitant, à accéder aux actions de formation professionnelle continue ou à des actions d'évaluation, d'accompagnement, d'information et de conseil auxquelles la caisse primaire d’assurance maladie participe, sous réserve qu'après avis du médecin-conseil la durée de ces actions soit compatible avec la durée prévisionnelle de l'arrêt de travail. La caisse fait part de son accord au salarié et, le cas échéant, à l'employeur, ce dernier en informant le médecin du travail.

    •Suspension du contrat de travail et neutralisation de certains avantages

    La suspension du contrat de travail pour maladie peut avoir des incidences sur les droits du salarié découlant du contrat de travail. En effet, par exemple, légalement, la période de suspension du contrat de travail pour maladie non professionnelle ne fait pas partie des périodes d'absence assimilées par la loi à du travail effectif pour l'acquisition des congés payés. Autre exemple, la suspension du contrat de travail pour maladie non professionnelle n’est pas prise en considération dans le calcul de l'ancienneté pour déterminer le montant de l'indemnité de licenciement. Il convient toutefois de se référer aux accords d’entreprise, à la convention collective de branche applicable à l’entreprise, aux contrats de travail ou aux usages de l’entreprise qui peuvent prévoir des dispositions plus favorables pour le salarié.


    Sources juridiques :
    Réponse ministérielle à question écrite no 162 (M. Delalande) (JOAN Q 15 septembre 1997, p. 2979)
    Article L 1226-1 du code du travail
    Cass.soc. 17 décembre 1986, n° 84-43.458
    Cass.soc 28 avril 1981, n° 79-41.806
    Cass.soc. 28 janvier 2015, n° 13-18.354
    Cass. soc. 15 juin 1999, n° 96-44.772
    Art L 321-1, L 313-1 et R 313-3 du code de la sécurité sociale
    Article L 323-3-1 du code de la sécurité sociale
    Article L 3141-5 du code du travail
    Cass.soc. 27 avril 2017, n° 16-13.654

    Ressources humaines : les compétences des experts SVP

    Ressources humaines - les articles de nos experts

    Les articles des experts SVP sur le même thème

    Crise sanitaire : nouvelle aide exceptionnelle pour les bénéficiaires des minimas sociaux

    Le décret n°2020-1453 du 27 novembre 2020, publié au Journal officiel du 28 novembre 2020, fixe les modalités d'attribution d'une aide exceptionnelle de solidarité aux ménages et aux jeunes de moins de 25 ans les plus précaires.

    Lire la suite >>


    Le marquage UKCA, le nouveau marquage de conformité en Grande-Bretagne

    Le marquage UKCA (UK Conformity Assessed) est le nouveau marquage de conformité pour les marchandises mises sur le marché en Grande-Bretagne à partir du 1er janvier 2021. Il couvre la plupart des marchandises qui exigeaient auparavant le marquage CE.

    Lire la suite >>


    IMPOTS LOCAUX - Liste des Zorcomir - classement de communes en zone de revitalisation des commerces en milieu rural

    L'arrêté du 16 novembre 2020 donnant la liste des communes en zone de revitalisation des commerces en milieu rural (Zorcomir) a été publié au Journal officiel du 27 novembre 2020. Dans ces zones, les collectivités et les EPCI peuvent instaurer des exonérations de TFPB, de CFE.

    Lire la suite >>


    Covid-19 : Prolongation de l'indemnisation des demandeurs d'emploi en fin de droits

    L'ordonnance n° 2020-1442* du 25 novembre 2020 publiée au JO du 26 novembre 2020 introduit une mesure de prolongation de la durée d'indemnisation des allocataires privés d'emploi arrivant en fin de droits durant le 2e confinement.

    Lire la suite >>


    L'accord sur la chose et sur le prix dans une offre d'achat vaut-il toujours vente ?

    Beaucoup de personnes croient à tort en se fondant sur le fameux article 1583 du Code civil que la vente immobilière est parfaite dès la rencontre des consentements sur la chose et sur le prix, mais en réalité les choses sont plus complexes. C'est ce que vont découvrir des acheteurs immobiliers dans une affaire qui les a amenés jusqu'à la Cour de cassation le 27 juin 2019.

    Lire la suite >>


    IRP : les réunions organisées en visioconférence sont de nouveau possibles en illimitée

    L'ordonnance n°2020-1441 du 25 novembre 2020, publiée au Journal officiel du 26 novembre 2020, adapte les règles relatives aux réunions des instance représentatives du personnel.

    Lire la suite >>


    Baisse des impôts de production : quels enjeux pour les collectivités territoriales ?

    Les articles 3 et 4 du Projet de Loi de finances pour 2021, actuellement en discussion au Sénat, prévoient de réduire les impôts dits " de production " de 10 milliards d'euros dès l'année prochaine. Quelles sont les collectivités concernées ? Comment va s'organiser la compensation ? Eléments de réponse.

    Lire la suite >>


    Droit de résiliation de contrats de complémentaire santé : publication d'un décret

    Un décret* publié au Journal officiel du 25 novembre 2020 apporte des précisions sur le périmètre de la loi n° 2019-733** du 14 juillet 2019 relative au droit de résiliation sans frais de contrats de complémentaire santé.

    Lire la suite >>


    Notaires : les dispositions testamentaires relatives au contrat d'assurance-vie

    Le législateur a fait du contrat d'assurance-vie une véritable technique de transmission, notamment en prévoyant que le capital ou la rente stipulés payables lors du décès de l'assuré à un bénéficiaire déterminé ou à ses héritiers ne font pas partie de la succession de l'assuré. Ce principe n'est toutefois pas d'ordre public et le souscripteur peut émettre une volonté contraire par le biais d'un testament.

    Lire la suite >>


    Brexit : mise en place des titres de séjour pour les salariés ressortissants britanniques

    Le décret n°2020-1417 du 19 novembre 2020* transpose au droit français les dispositions relatives à l'entrée, au séjour et à l'activité professionnelle des ressortissants britanniques de l'accord sur le Brexit signé le 24 janvier 2020*.

    Lire la suite >>