Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

    Suspension du contrat de travail

    Suspension du contrat de travail au titre de la maladie non professionnelle

    Un arrêt maladie du salarié a pour effet la suspension de son contrat de travail. Le contrat de travail n’est pas rompu, il cesse seulement d’être exécuté le temps de la convalescence du salarié. En effet, le salarié continue d’appartenir aux effectifs de l’entreprise pendant la suspension du contrat de travail.

    Pendant la maladie, les obligations découlant de l’exécution du contrat de travail ne sont plus maintenues. A ce titre, le salarié n’a plus à fournir sa prestation de travail et réciproquement, l’employeur n’a plus l’obligation de le rémunérer, sous réserve de l’obligation de maintien de salaire prévue par la loi et la convention collective. Pendant la suspension du contrat de travail, le salarié reste tenu de respecter certaines obligations et bénéficie de certaines garanties.

    Suspension du contrat de travail et obligations du salarié

    Le salarié doit avertir, dans les plus brefs délais, son employeur s'il est empêché par la maladie de venir travailler et lui adresser un certificat médical indiquant le nombre de jours d'arrêt prescrits. La suspension du contrat de travail est subordonnée à la prescription d’un arrêt de travail fourni à l’employeur.

    Les conventions collectives ou le règlement intérieur fixent la plupart du temps un délai de prévenance que le salarié doit respecter sous peine de commettre une faute. En l'absence de prescriptions particulières de délai, il est d'usage pour le salarié de prévenir l'employeur de la raison de la suspension de son contrat de travail dans les 48 heures.

    Pendant l’arrêt de travail pour maladie, le salarié qui bénéficie d’une indemnité complémentaire versée par l’employeur en plus de l’indemnité journalière de sécurité sociale est susceptible de faire l’objet d’une contre visite médicale. Un tel contrôle médical est diligenté par l’employeur qui mandate un médecin contrôleur. Le salarié ne peut pas refuser un tel contrôle. En cas de refus injustifié, le salarié perd le bénéfice des indemnités complémentaires de maladie versée par l’employeur. De même, le salarié absent de son domicile en dehors des heures de sortie autorisées par la sécurité sociale, ayant ainsi rendu impossible le contrôle, est privé des indemnités complémentaires de maladie versée par l’employeur.

    Durant la suspension du contrat de travail au titre de la maladie, le salarié est tenu de respecter son obligation de loyauté. Ainsi, par exemple, lorsque le salarié exerce, pendant son arrêt de travail pour maladie, une activité professionnelle pour le compte d'une société concurrente, cela constitue un manquement à l’obligation de loyauté car une telle activité cause nécessairement un préjudice à l'employeur. Un tel comportement est une faute qui justifie une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement.

    Suspension du contrat de travail et droits du salarié

    •La suspension du contrat de travail pour maladie interdit à l’employeur de demander au salarié de fournir une prestation de travail

    Pendant un arrêt maladie, le salarié est dispensé de fournir sa prestation de travail. Ce dernier ne saurait être tenu, durant cette période, de poursuivre une collaboration avec l'employeur.

    •Pendant la suspension du contrat de travail pour maladie, le salarié a droit à une compensation financière pour perte de salaire

    Sur le plan de la rémunération, le salarié en maladie bénéficie durant la suspension du contrat de travail d’indemnités journalières versées par la sécurité sociale, sous certaines conditions. Ces indemnités permettent de compenser en partie la perte de salaire. Pour y avoir droit, le salarié doit notamment justifier avoir cotisé sur un montant minimum de rémunération ou avoir effectuer un minimum d’heures de travail. Par ailleurs, pour bénéficier d’une indemnisation supérieure à six mois, il est nécessaire de justifier d’une immatriculation de douze mois.

    En outre, le salarié ayant un an d’ancienneté dans l’entreprise bénéficie, pendant la suspension de son contrat de travail, d’une indemnité complémentaire aux allocations journalières de sécurité sociale. Cette indemnité complémentaire est versée par l’employeur ou un organisme de prévoyance. Cette indemnité complémentaire peut permettre selon les secteurs professionnels de bénéficier d’un maintien de salaire à 100 %.

    •La suspension du contrat de travail pour maladie n’interdit pas au salarié de suivre une action de formation professionnelle

    Le salarié en suspension du contrat de travail pour maladie peut bénéficier du versement des indemnités journalières de sécurité sociale tout en demandant, avec l'accord du médecin traitant, à accéder aux actions de formation professionnelle continue ou à des actions d'évaluation, d'accompagnement, d'information et de conseil auxquelles la caisse primaire d’assurance maladie participe, sous réserve qu'après avis du médecin-conseil la durée de ces actions soit compatible avec la durée prévisionnelle de l'arrêt de travail. La caisse fait part de son accord au salarié et, le cas échéant, à l'employeur, ce dernier en informant le médecin du travail.

    •Suspension du contrat de travail et neutralisation de certains avantages

    La suspension du contrat de travail pour maladie peut avoir des incidences sur les droits du salarié découlant du contrat de travail. En effet, par exemple, légalement, la période de suspension du contrat de travail pour maladie non professionnelle ne fait pas partie des périodes d'absence assimilées par la loi à du travail effectif pour l'acquisition des congés payés. Autre exemple, la suspension du contrat de travail pour maladie non professionnelle n’est pas prise en considération dans le calcul de l'ancienneté pour déterminer le montant de l'indemnité de licenciement. Il convient toutefois de se référer aux accords d’entreprise, à la convention collective de branche applicable à l’entreprise, aux contrats de travail ou aux usages de l’entreprise qui peuvent prévoir des dispositions plus favorables pour le salarié.


    Sources juridiques :
    Réponse ministérielle à question écrite no 162 (M. Delalande) (JOAN Q 15 septembre 1997, p. 2979)
    Article L 1226-1 du code du travail
    Cass.soc. 17 décembre 1986, n° 84-43.458
    Cass.soc 28 avril 1981, n° 79-41.806
    Cass.soc. 28 janvier 2015, n° 13-18.354
    Cass. soc. 15 juin 1999, n° 96-44.772
    Art L 321-1, L 313-1 et R 313-3 du code de la sécurité sociale
    Article L 323-3-1 du code de la sécurité sociale
    Article L 3141-5 du code du travail
    Cass.soc. 27 avril 2017, n° 16-13.654

    Ressources humaines : les compétences des experts SVP

    Ressources humaines - les articles de nos experts

    Les articles des experts SVP sur le même thème

    Les tendances couleurs Printemps - Été 2021

    Décryptage des tendances couleurs suite à notre visite sur le salon Première Vision Paris (édition février 2020). Ces gammes de couleurs sont annoncées deux ans et demi en amont pour les filateurs qui fourniront leurs fils de couleurs aux fabricants de tissus. Ces derniers vendront leurs tissus 18 mois à l'avance aux fabricants de prêt à porter et aux créateurs, à l'occasion de cette manifestation.  

    Lire la suite >>


    Coronavirus/Covid-19 : l'URSSAF accompagne les entreprises et les travailleurs indépendants

    Dans des brèves publiées les 12 et 13 mars 2020, le site de l'URSSAF détaille les mesures exceptionnelles dont peuvent bénéficier les entreprises et les travailleurs indépendants impactés par l'épidémie du coronavirus.

    Lire la suite >>


    Coronavirus : la mise à jour du Document Unique d'Evaluation des Risques Professionnels (DUERP)

    Le DUERP doit être mise à jour d'une manière systématique une fois par an. Il doit l'être également lors de toutes décision d'aménagement important modifiant les conditions de santé et de sécurité ou les conditions de travail. Le troisième cas de mise à jour de DUERP concerne le recueil d'une information supplémentaire qui intéresse l'évaluation des risques.

    Lire la suite >>


    Le déploiement de la télémédecine face au coronavirus

    Un décret facilitant le recours à la télémédecine lors d'une consultation liée au coronavirus est paru le 10 mars au journal officiel. Il définit de nouvelles dérogations aux conditions de prise en charge des actes de télémédecine pour les personnes atteintes par le Covid-19.

    Lire la suite >>


    Régime Complémentaire des Indépendants : revalorisation des points

    Une circulaire CNAV du 10 mars 2020 fixe le taux de revalorisation de la valeur de service du point du Régime Complémentaire des Indépendants (RCI).

    Lire la suite >>


    L'obligation pour les bailleurs sociaux de moins de 12000 logements de se regrouper

    L'un des dispositifs majeurs de la loi ELAN porte sur la restructuration du secteur social en prévoyant le regroupement obligatoire " des petits organismes " de logement locatif social (c'est-à-dire ceux possédant moins de 12000 logements) avant le 1er janvier 2021 afin de mutualiser leurs ressources, les risques d'exploitation et de diminuer leurs coûts.

    Lire la suite >>


    Coronavirus Covid-19 : quelles aides pour les entreprises ?

    Le gouvernement a mis en place une série de mesures immédiates pour aider les entreprises à faire face aux conséquences de l'épidémie. Des référents uniques régionaux peuvent accompagner les entreprises dans leurs démarches.

    Lire la suite >>


    Amiante : les compétences des personnes physiques opérateurs de repérage, d'évaluation périodique de l'état de conservation des matériaux et produits contenant de l'amiante dans les immeubles bâtis sont définis dans un arrêté publié le 17 novembre 2019

    Le conseil d'État a annulé l'arrêté du 25 juillet 2016 sur le même sujet parce qu'il a rendu obligatoire une norme non accessible gratuitement. Cet arrêté a pour objet de maintenir les certifications avec ou sans mention prévus par l'arrêté du 25 juillet 2016.

    Lire la suite >>


    Handicap : publication de la loi sur l'accès à la prestation de compensation du handicap

    Publiée au Journal officiel du 7 mars 2020, la loi du 6 mars 2020* vise à améliorer l'accès à la prestation de compensation du handicap (PCH).

    Lire la suite >>


    Cosmétique : en quête de produits naturels et personnalisés

    Avec la génération Z, le secteur de la cosmétique doit répondre à de nouvelles exigences. Mêlant personnalisation, naturalité et efficacité, c'est une véritable pierre philosophale que doivent imaginer les fabricants de cosmétique et industrie de la beauté. Si la quête de la beauté est une constante, le secteur cosmétique doit se réinventer pour être en phase avec les exigences de l'époque. Et l'époque se prête à une approche fondée à la fois sur une individualisation exacerbée et la mise en avant de valeurs liées à la nature, la préservation de l'environnement et la responsabilité sociétale. Cette contradiction apparente est celle à laquelle répondent les fabricants de cosmétiques avec une recomposition de leur offre fondée sur une croissance des produits naturels.

    Lire la suite >>