Gestion quotidienne & pilotage stratégique :
éliminez vos doutes, contactez un expert SVP

  • Téléphone
  • App mobile
  • Ordinateur

    Résultats de recherche pour cours petrole

    Pétrole : le Coronavirus infecte le cours du Brent

    La cotation moyenne du prix du baril de Brent a subi une dépréciation de 14,5% tout au long du mois de janvier de l'année 2020 passant de 66,23$ le 2 janvier, à 56,62$ à la fin du mois. Le prix du baril continu sa chute vertigineuse, en passant d'une moyenne de 67,12$ pour décembre à 63,65$ en janvier, soit une diminution de 9,44%. Le mois de février ne semble pas faire exception, car malgré une légère hausse des prix, le cours du Brent se situe toujours en dessous de la barre des 60$ le baril. Le prix du baril est même tombé sous les 53,50$ le 8 février, ce qui n'était pas arrivé depuis la fin du mois de Décembre 2018 ! La cause de cette chute du prix du baril est sans nul doute la propagation et la crainte suscitée par le COVID-19, plus communément nommé Coronavirus. Le fait qu'il s'agisse d'un nouveau virus et qu'aucun vaccin n'est actuellement disponible font du Coronavirus un des sujets d'inquiétudes majeurs pour les acteurs pétroliers. Cette crainte est surtout attisée par le fait que l'épidémie s'est déclarée en Chine, dont les activités énergétiques et économiques du territoire représentent 14% de la consommation mondiale de pétrole. Cette baisse du cours du Brent traduit bien l'importance de la consommation chinoise en pétrole, car il suffit que l'économie chinoise tousse pour que les marchés du pétrole soient malades.

    Lire la suite >>


    Pétrole : le cours du Brent toujours rythmé par les tensions géopolitiques

    La cotation moyenne du prix du baril de Brent a connu une augmentation de 9,6% tout au long du mois de décembre de l'année 2019 passant de 60,82$ le 2 décembre, à 66,67$ à la fin du mois. L'évolution des prix en ce début du mois de janvier a été rythmée par les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran ; en effet, les prix du Brent ont directement grimpé de 3,5% après la mort du général iranien Suleimani. Ils ont franchi la barre des 69$ au matin du 6 janvier, soit un palier qui n'avait pas été atteint depuis mai 2019. La crainte des marchés pétroliers s'est ensuite intensifiée peu de temps après, suite à l'envoi de missiles iraniens sur des bases américaines en Irak. Le cours du Brent a encore une fois sursauté au matin du 8 janvier, craignant une escalade entre les deux pays. Néanmoins, Donald Trump s'est très vite exprimé sur ces attaques en exprimant sa volonté d'apaiser la situation ; cette stratégie de " tordre le bras " à l'adversaire puis lui " tendre la main " est caractéristique de la diplomatie du président américain. Ceci dit, à la suite de cette volonté d'apaisement de la part de Trump, mais aussi de la part du chef de la diplomatie iranienne affirmant que les " représailles proportionnées de la nuit sont terminées ", le cours du pétrole a été ramené à 64,34 $ le 15 janvier, soit le prix moyen du baril pour l'année 2019.

    Lire la suite >>


    Pétrole : un cours du Brent en hausse mais un marché prudent

    Malgré les récents évènements au Proche-Orient suite à l'attaque de drones sur les terminaux pétroliers Saoudiens, la hausse mensuelle du pétrole brut n'a pas été aussi importante que ce à quoi s'attendaient les spécialistes. En effet, la cotation moyenne du baril du Brent fût de 59,71$ au mois d'octobre et de 63,21$ pour le mois de novembre. Cette moyenne rattrape celle du mois de septembre après deux grandes chutes du prix du baril le 30 octobre (58,60$) et le 19 novembre (60,60$). Le prix du baril de Brent reste donc encore très faible pour le mois de novembre, cela s'explique par une forte production du pétrole de schiste aux Etats-Unis qui inondent les marchés pétroliers et faits, de surcroît, baisser les prix.

    Lire la suite >>


    Pétrole : tensions géopolitiques sur fond d'attaque de drones

    Alors que plusieurs spécialistes du secteur avaient prédit que les récentes attaques de drones sur les installations pétrolières d'Arabie saoudite devaient enflammer les cours du brut, la cotation moyenne du pétrole brut marque une hausse mensuelle de +6,4% pour le mois de septembre 2019, soit une cotation moyenne du baril de Brent de 62,83$. Cette attaque de drones sur les installations pétrolières saoudiennes, représentant 6% du stock mondial, a fait perdre en quelques heures une capacité équivalente à 60 % de sa production habituelle. Cet événement est inédit et fait renaître des risques d'inquiétudes quant à l'avènement d'un nouveau choc pétrolier dont nos économies ne seraient pas prêtes à affronter.

    Lire la suite >>


    Pétrole : les prix menacés par l'escalade de tensions dans le Golfe

    Alors que les tensions au Moyen-Orient ravivent les craintes d'une hausse des cours de l'or noir, la cotation moyenne du pétrole brut marque un net ralentissement à 64,22$ pour le mois de juin 2019. Cette baisse des prix de l'or noir est contrastée par la guerre commerciale menée par les États-Unis ainsi que la mise en garde de l'Iran aux dirigeants européens contre toute obstruction à ses exportations de pétrole sur fond d'escalade de tensions dans le Golfe.

    Lire la suite >>


    Pétrole : Trump ou l'art de la guerre commerciale

    Dans un contexte international totalement bouleversé par les décisions politiques américaines, la cotation moyenne du pétrole brut continue sa lente remontée avec, pour le mois de mai 2019, une augmentation de +20% depuis janvier. Cette ascension des prix de l'or noir trouve son origine dans la guerre commerciale des États-Unis contre le reste du monde, avec en ligne de mire la volonté d'affaiblir le pétrole iranien et, in fine, d'affaiblir son principal concurrent : la Chine.

    Lire la suite >>


    Pétrole : bilan de l'année 2018

    Les prix du pétrole brut ont fortement diminué de -11,4% en décembre par rapport au mois dernier avec une cotation moyenne mensuelle du baril de Brent de la mer du Nord de 57,36$.

    Lire la suite >>


    Pétrole, source de tensions

    Les prix des pétroles bruts ont augmenté de +2,7% en octobre par rapport au mois dernier avec une cotation moyenne mensuelle du baril de Brent de la mer du Nord de 81,03$. Que ce soit sur la scène internationale ou au sein même de la France, les prix de l'énergie restent une problématique centrale pour les États, les producteurs et surtout pour les consommateurs, avec les augmentations des prix du carburant qui portent atteinte au pouvoir d'achat des ménages.

    Lire la suite >>


    Quand l'inflation fait augmenter la taxe d'habitation

    Au mois de septembre, l'indice des prix à la consommation augmente de +2,2% sur un an, contre +2,3% le mois précédent. Ce léger ralentissement résulte de l'évolution des prix des services, de l'alimentation et de l'énergie. Nous aborderons également la fiscalité des ménages car l'inflation s'est invitée au débat relatif à la taxe d'habitation sans que personne n'y prête attention, excluant ainsi toute responsabilité de certains élus locaux aux yeux du contribuable.

    Lire la suite >>


    Pétrole : vers le seuil psychologique des 100$ pour 2019 ?

    Finances et Gestion / Indices et taux 17 septembre 2018

    Les prix des pétroles bruts ont diminué de 2,4% en août par rapport au mois dernier avec une cotation moyenne mensuelle du baril de Brent de la mer du Nord de 72,44$. Cependant, cela ne remet pas en cause les fondamentaux haussiers des cours. En effet, dans un contexte international déjà compliqué, les mesures américaines sur le pétrole iranien engendrent des craintes sur les marchés financiers. Bien que l'Iran soit le troisième producteur de brut au sein de l'OPEP, les géants du pétrole ont dû renoncer à investir sous peine de sanctions lourdes.

    Lire la suite >>